Le noisetier en 9 points

feuilles de noisetier

Aujourd’hui, j’aimerais te parler d’arbre, plus particulièrement du noisetier, car si tu as la chance d’avoir de la place pour en planter dans ton jardin, pourquoi ne pas choisir un arbre bien de chez nous ? Surtout qu’une fois bien implanté, c’est ce qui est le plus pérenne dans un jardin. 

Le noisetier est un petit arbre qui peut atteindre 6 à 8 m, produisant des noisettes et dont le feuillage est vert ou rouge. Il est très rustique et on le trouve partout en Europe. Le noisetier est symbole de sagesse et de justice. Les Anciens lui attribuaient de nombreux pouvoirs magiques, dont celui de conférer la fertilité. Toujours pratiqué de nos jours, l’usage d’une branche de noisetier taillée en fourche pour détecter l’eau souterraine remonte à l’époque des Celtes.

1/ plante pionnière et brise-vent :

haie taillée de noisetier

Le noisetier joue un rôle important dans l’écologie. C’est l’une des premières plantes à coloniser les endroits dénudés, secs et sablonneux, retenant le sol grâce à un système radiculaire très développé. Planté en bordure des champs, il protège les cultures contre les vents desséchants, ce qui a une incidence positive sur les rendements. En outre, il filtre et purifie l’eau des zones riveraines, et retient la neige au sol, atténuant les effets des gels et dégels successifs.

2/ plante mellifère et pour la biodiversité :

fleur femelle de noisetier

Le noisetier peut fleurir depuis le mois de décembre, mais plus généralement de janvier à mars. Il est riche en pollen. Les abeilles y trouvent de la nourriture fraîche en début de saison, tandis que ses noix et ses bourgeons constituent un aliment de choix pour une foule d’animaux sauvages qui, par ailleurs, peuvent y trouver refuge au besoin.

3/ plante alimentaire :

Les noisetiers pour la production (de noisettes) sont conduits en arbre, et donc taillés comme des pommiers de plein vent, donc penses-y si tu veux un noisetier productif et choisis une variété adaptée à grosses noisettes, c’est toujours plus gratifiant.

La noisette est l’un des oléagineux les plus riches en oméga 3, qui lutte contre le mauvais cholestérol, et l’un des plus digestes. Elle est aussi très riche en vitamine E, qui stimule le système immunitaire (25 g de noisettes fraîches couvrent plus de 40 % du besoin quotidien) et en magnésium contre le stress et la fatigue), en manganèse, en cuivre, en fer ( l’absorptiondu fer des végétaux est toutefois favorisée lorsque celui-ci est consommé avec certains nutriments, telle la vitamine C ; elle contient aussi de la vitamine B1,du phosphore, du zinc, de l’acide pantothénique et des vitamines B6et B9.

noisettes séches

La récolte des noisettes fraîches débute en juillet, celle des noisettes sèches a lieu de septembre à octobre, lorsque les fruits deviennent bruns et qu’ils se détachent de leur involucre. Étale les noisettes dans un endroit sec et aéré durant 15 jours pour les faire sécher.
Pour une bonne conservation des noisettes, élimine les fruits qui présentent un trou. Conserve les autres noisettes avec leurs coquilles dans un local sec et aéré durant un an.

Les noisettes bien sûr se consomment de nombreuses façons, dans les pâtisseries, mais pas seulement. On peut aussi en faire du lait, de la crème, du beurre et les ajouter à des potées de lentilles par exemple. La noisette te permet de diminuer ta consommation de produits laitiers ou de varier les plaisirs, avec son bon petit goût de noisette. Ci-dessous, je t’ai mis plusieurs recettes trouvées sur Internet (les liens sont en dessous) que j’ai envie de tester et si toi aussi tu as des recettes à partager ou que tu en testes, partage-les avec nous dans les commentaires. Dernièrement, j’ai lu qu’il y a un producteur de noisettes bio dans le canton de Neuchâtel. Et comme tu le verras, il n’y a pas que les noisettes qui sont comestibles, mais aussi les chatons et les feuilles.

Recette de lait de noisette :

Pour 1 litre : 100 g de noisette mise à tremper une nuit (entre 8 h et 12 h), les égoutter et les mixer avec 0,5 litre d’eau fraîche, passer dans une étamine, bien essorer et réutiliser la pulpe avec 0,5 litre d’eau et mixer, passer. Voilà, votre lait est prêt et se garde 3 jours au réfrigérateur. La pulpe restante se garde aussi 3 jours au réfrigérateur, et vous pouvez l’utiliser dans des gâteaux, biscuits ou galettes par exemple.

Recette de crème de noisette :

Idem, mais avec seulement 0,5 litre d’eau pour en faire une sauce par exemple, ajouter une cuillère à soupe de maïzena pour épaissir.

Et la recette du beurre de noisette :

125 g de noisettes

3 cuillères à soupe d’huile végétale neutre de bonne qualité

125 g d’huile de coco

1 pincée de sel

La première des opérations est facultative. Elle consiste àfaire griller les noisettes. Le fait de les faire griller accentue le goût du beurre de noisette. On peut aimer aussi un beurre plus neutre. Le goût de noisette sera là, mais en moins intense.

Si vous le souhaitez, donc, faites griller vos noisettes dans une poêle avec très peu d’huile. Mettez alors les noisettes dans le mixeur en y ajoutant une pincée de sel. Le sel n’est pas indispensable, mais il fait ressortir les arômes. Mixer les noisettes jusqu’à ce que les noisettes se soient transformées en poudre. Ajoute trois cuillères d’huile végétale neutre sur la poudre de noisette et redonnez quelques pulsions au mixeur. Vous allez voir changer la consistance de la pâte. La pâte de noisette est maintenant tout à fait lisse. Si vous avez fait griller les noisettes, il y a de grandes chances pour que votre pâte de noisette soit encore chaude. Si ce n’est pas le cas, faites fondre l’huile de coco de façon à la rendre bien molle et mélangez la pâte de noisette et l’huile de coco. Une fois cette opération terminée, chemisez un moule de votre choix de film alimentaire. Et versez votre beurre encore presque liquide dedans, lorsque le beurre de noisette est raffermi, vous pouvez le sortir facilement de son moule. On peut le servir pour les tartines, mais aussi pour la pâtisserie.

On peut aussi se servir de noisettes hachées pour paner différents aliments, pour saupoudrer des plats de noisettes hachées grillées… Il n’y a que votre imagination qui peut vous limiter. Et on en fait bien sur une très bonne huile très gouteuse.

chatons de noisetier ( fleurs mâles)

Recette de chatons de noisetier au chocolat :

Il suffit ensuite de couper 75 g chocolat noir en copeaux avant de le faire fondre au bain-marie. Mélangez bien le tout jusqu’à avoir un chocolat fondu bien homogène et trempez délicatement une vingtaine de chatons un a un dans le chocolat. Vous pouvez vous aider d’une petite cuillère pour les recouvrir complètement. Il ne reste plus qu’à les déposer sur du papier alimentaire ou une plaque et de les laisser refroidir jusqu’à durcissement. Profitez-en pour jouer avec les formes que vous créez !

Chatons poêlés : On cueille les chatons quand ils sont bien jaunes, ni trop jeunes (ils sont un peu violacés), ni trop vieux (ils deviennent marron). On les fait revenir à la poêle avec une matière grasse. À côté, on prépare une sauce au fromage, p. ex. avec du maroilles, c’est très bon !

Les feuilles peuvent être mangées jeunes, crues, et plus âgées, en ragoût et en beignets ou en thé.

exemple d’une bordure de jardin en plessi

4/ plante médicinale :

Les feuilles sont récoltées par temps sec de mai à août, l’écorce prélevée au printemps sur des rameaux jeunes et les chatons cueillis dès février.
Dioscoride préconisait l’émulsion de noisettes contre la toux ; Sainte Hildegarde, les chatons contre la scrofulose et les noisettes contre l’impuissance. Matthiole écrivait qu’une surconsommation de noisettes pouvait amener la dysenterie et augmenter le volume de la bile, et que la cendre de noisette mêlée à la graisse d’ours facilitait la repousse des cheveux.
Au XVIIe siècle, on prenait la noisette comme remède de la pierre et de la gravelle ainsi que des coliques néphrétiques.
Les feuilles de noisetier ont des propriétés anti-inflammatoires, diurétiques tout comme les feuilles de l’hamamélis : en usage local, elles sont utilisées pour le soulagement temporaire des maux de gorge et des enrouements passagers.
L’écorce, surtout celle de la racine, est un astringent utilisé traditionnellement dans les fièvres intermittentes, les hémorragies, les varices, la phlébite, les métrorragies et la dysménorrhée.
Mêlée au vin, elle est utilisée en usage externe contre les ulcères variqueux.
Les chatons et leur pollen sont sudorifiques dans la grippe, la diarrhée, les pneumonies. Ils ont même été prescrits contre l’épilepsie (comme le gui cueilli sur ses branches). Ils agissent aussi en cas d’obésité, sur le tonus veineux et la régulation des glandes endocrines ; de plus, ils coupent l’appétit.

5/ Plante utile :

rejet de noisetier

Pour servir de clôture rustique, fournir des rames, des manches d’outils, tresser des plessis… Le noisetier fournit un bois facile à tailler, flexible et résistant, utilisé autrefois en vannerie, en tonnellerie et pour fabriquer des cannes. Les sourciers utilisent des baguettes de noisetier (aussi appelé coudrier) pour détecter la présence de l’eau. Les branches de dix ans servent de pieux pour guider les vignes. Son bois est blanc, d’un grain égal, moyennement dur et lourd. Jadis, les tourneurs en ont fait des étuis, des boites, des gobelets… C’est un bon bois de chauffage. Son charbon de bois peut servir de fusain aux dessinateurs et aussi une source de fibre pour le papier. Il suffit de tailler à ras le sol tous les 3 ans pour avoir des cannes bien droites. Enfant, on fabriquait des arcs grâce à lui et de beaux bâtons de marche dont on sculptait l’écorce. Les racines sont utilisées en marqueterie. C’est aussi une plante à fumer : les feuilles s’utilisent mélangées avec d’autres herbes.

6/ plante tinctoriale

Les feuilles du noisetier pourpre donnent de beaux tons rouge violacé.

7/plante fourragère

noisetier pourpre

Pour nourrir les hamsters, et pour occuper nos becs crochus (perroquets). (Il convient de nettoyer les branches à l’eau et à la brosse).

Dans l’ancien temps, on utilisait cet arbre comme fourrage pour les vaches, les moutons, les chèvres, les lapins, les cochons, etc.

8/ plante à champignons (la myciculture) :

Le noisetier est l’hôte de nombreux basidiomycètes, les champignons à chapeau, comme les bolets, les cèpes (notamment les cèpes d’été avec les charmes), les russules, les lactaires, la truffe… pour celle-ci, on trouve des noisetiers mycorhizés.

9/ Plante ornementale

C’est aussi un arbre très ornemental : il en existe des noisetiers à feuilles rouges, des tordus (oui tu sais, celui pour les décorations de Pâques). Tout seul, isolé, je le trouve du plus bel effet.

Au jardin :

noisetier tordu

Il faut planter plusieurs variétés aux floraisons compatibles pour s’assurer d’une bonne récolte, et avoir au minimum 2 arbres.
Les premières récoltes arrivent vers 5-6 ans, l’arbuste est en pleine production à partir de 8-10 ans et peut produire jusqu’à 60 ans.
La culture du noisetier est très facile au jardin, qu’il soit planté en bosquet, en haie libre ou isolé. Très rustique, il pousse aussi bien en plaine qu’en montagne, jusqu’à 1 500 m d’altitude. Il a le plus souvent la forme d’un petit taillis.

Il existe plusieurs variétés et il faut savoir que l’on peut trouver des noisetiers avec les racines inoculées pour produire des truffes.

Tu peux le multiplier par rejet (en prélevant une partie jeune au pied d’un noisetier, avec les racines au printemps ou à l’automne)

Conclusion

Je ne vais pas l’installer chez moi, car je n’ai pas encore de place pour lui. Si tu veux en installer, pense qu’il en faut 2 minimum si tu veux des noisettes. Si tu veux utiliser son bois comme tuteur ou en vannerie, pense à le tailler à ras le sol pour avoir des branches bien droites. Moi je trouve ce petit arbre remarquable pour tout ce qu’il peut t’apporter et ce qu’il peut apporter à la nature. Si j’avais une place pour, je l’implanterai avec plaisir.

noisettes fraiches

J’espère que cela t’a plu de découvrir tout sur cet arbre remarquable qui fait partie de notre patrimoine. Si tu as envie d’en savoir plus sur une autre plante, dis-le moi dans les commentaires et pense à partager si tu penses que cet article pourrait intéresser quelqu’un que tu connais. Tu peux aussi t’abonner pour être averti de la parution de mon prochain article.

Merci bien et un bon weekend de Pâques à tous !

Source :

https://naturealpha.skyrock.com/3255532972-Le-Noisetier.html

http://mieux-se-connaitre.com/2017/01/noisetier/

https://permaforet.blogspot.com/2015/03/le-biotope-du-noisetier-le-pollen-de.htmlhttps://www.leveilsauvage.fr/2018/05/04/chatons-de-noisetier-poêllés/

Pour cette saison, débute facilement avec les tomates !

tomates cerise noire

Connais-tu le goût incomparable des tomates qui murissent au soleil ? Tu verras, si tu ne le connais pas, après en avoir goûté, tu ne pourras plus manger des tomates insipides que l’on nous vend toute l’année au supermarché. La tomate fait partie des plantes de culture facile, donc si tu débutes, je te la recommande vivement, car elle te donnera des récoltes très gratifiantes. Il te faudra du soleil : donc si ta terrasse ou ton balcon n’est qu’à l’ombre, cela ne fonctionnera pas, il te faut minimum 6 heures de lumière directe pour que ta ou tes plantes de tomates se plaisent et te récompensent par leurs fruits juteux. Pour commencer, une plante de tomate cerise est une bonne candidate, alliant facilité et productivité. Et si tu as plus d’expérience, tu auras plaisir à faire tes semis de tes propres tomates toi-même. Et tu as l’embarras du choix ! En jardinerie, tu trouveras des plantons de tomates de toutes sortes. Et si tu les sèmes toi-même, tu trouveras un choix immense de semences de tomates, sélectionnées depuis toujours par les jardiniers qui nous ont précédés, chez Pro Specia Rara ou kokopilli par exemple.

Un peu d’histoire :

La tomate est une plante très ancienne qui poussait déjà sur le continent du Gondwana, il y a plus de 50 millions d’années. Elle poussait à l’état sauvage au Pérou, avant d’arriver au Mexique et d’être introduite en Europe au XIVe siècle par les Espagnols. Elle fut en premier lieu cultivée comme ornementale, avant de devenir une plante alimentaire au XVIIIe siècle. Eh oui, les botanistes de l’époque considéraient son fruit comme toxique, car la tomate appartient à la même famille de plantes que la belladone (qui est elle originaire d’Europe). C’est grâce aux Provençaux qui la cuisinaient que sa réputation est arrivée jusqu’à Paris, et que les maraichers de l’époque commencèrent à produire de la tomate.

tomate ananas magold

La tomate est une solanacée, tout comme les poivrons, les aubergines, les physalis et les pommes de terre. Il en existe plus de 4000 variétés. Je pense que c’est le légume le plus diversifié qu’il soit. En effet, longue ou arrondie, côtelée, grosse et charnue comme la variété Cœur de bœuf pouvant peser jusqu’à 1 kg ou petite pour les tomates cerises ou cocktail, on en trouve de toutes sortes. Les couleurs dont la tomate se pare sont magnifiques, allant du noir au rouge, et du rouge au blanc en passant par le jaune et l’orange. Tu en trouves même des vertes tigrées !

Dans ton assiette :

La tomate est avant tout une plante alimentaire qui a tout pour plaire, délicieuse crue à maturité, elle l’est tout autant cuite en conserves maison au milieu de l’hiver ! En effet, c’est un des légumes qui se prête le mieux à la conservation, une fois cuite, que cela soit en conserves ou au congélateur. Et si tu as envie de tomates fraiches au mois de janvier, c’est possible ! Certaines variétés comme la « vésuve », de son nom savant Pomodorini del piennolo del Vesuvio,sont connues pour se conserver en grappe en peu comme nous le faisons chez nous avec les oignons ou l’ail. En plus, elle a une jolie forme de cœur, et si tu as un lieu de stockage adapté, frais et aéré, je te conseille d’essayer cette variété.

tomates des Pouilles pour la conservation

Et si tu débutes, un pied de tomate cerise te permettra d’agrémenter ta salade verte de ces petits joyaux colorés ou même d’en faire une salade de tomates, avec du basilic que tu peux faire pousser comme plante compagne.

La culture de la tomate

Alors si tu veux t’occuper d’une tomate pour la première fois, fais attention : dans les jardineries, ils vendent des plants de tomate très tôt… trop tôt ! il te faut savoir que la tomate ne supporte pas des températures inférieures à 10 degrés en début de développement. Alors si tu achètes un plant et qu’il ne fait pas assez chaud, place tes tomates à l’intérieur, dans un endroit très lumineux, et s’il fait beau et chaud à l’extérieur, tu peux les sortir ; mais pour la nuit, c’est mieux de les rentrer. Sous notre climat, il peut encore geler jusqu’à la mi-mai. Tu peux aussi les protéger dans une serre ou avec un voile, mais le mieux reste de les garder au chaud, car en-dessous de 10 degrés, elles ne se développent pas.

Si tu veux partir des semis, début avril est la bonne période, car avant souvent tes plants stagneront en pot si tu sèmes trop tôt. Pour réussir tes semis, maintiens la terre humide et sème-les à l’intérieur, dans un endroit lumineux. Puis, lorsque tes tomates ont les vraies feuilles qui commencent à pousser, repique-les dans de petits pots individuels : tu peux les planter assez profondément, en recouvrant toute la tige. Lors du repiquage, tu peux aussi ajouter une feuille d’ortie au fond de chaque pot.

fleurs de tomate

Et que choisir entre les variétés reproductibles et les F1 ?

Dans les deux cas, je te conseille de choisir des variétés reproductibles. C’est important si tu veux pouvoir garder des graines et avoir des tomates issues de tes propres semis. Alors si c’est marqué F1 sur l’étiquette de ton plant ou sur ton sachet de graines, cela veut dire que cette variété n’est pas fixée… C’est-à-dire que si tu récupères des graines issues de cette première culture, lorsque tu les sèmeras, tu ne sais pas ce que tu vas récolter. Par exemple, si tu as une tomate grosse et productive en F1, tu auras surement un des parents avec des gros fruits qui a été fécondée avec une tomate peut-être petite et pas très savoureuse, mais très productive. Et si tu sèmes ces graines, cela sera une ou l’autre caractéristique qui ressortira des gènes. Il faut savoir qu’il faut très longtemps pour créer une variété fixée, c’est-à-dire reproductible par ses graines sans que les gènes des parents que tu ne veux pas ressortent à la culture.

tomates variété green-zebra

Donc si tu ne veux pas les reproduire, tu peux mettre des tomates F1 dans ton jardin. Cependant, cela reste aussi un choix éthique : pourquoi ne pas utiliser que des variétés fixées ? Ainsi, si tu cultives une tomate et que tu as un fruit qui tombe au sol et qui repousse l’année d’après, c’est quand même plus sympa si ses fruits sont bons. Cela permet aussi de ne pas détruire le travail de nos ancêtres, mais de le préserver.

Tailler ou pas les tomates ?

Pour une plus grande productivité, c’est souvent conseiller de les tailler. Fais comme tu as envie ! D’après mon expérience, les tailler n’est pas l’important, surtout pour les tomates cerises. Après, si tu as une variété qui a toujours été taillée et que, sur le sachet de semences, c’est noté de tailler, tu auras de meilleurs résultats, car c’est inscrit dans les gènes de ta plante de tomate que cela lui arrive, et c’est aussi pour la maintenir dans peu d’espace si tu la cultives de façon classique au potager. La non-taille demande aussi plus de fertilité de ton sol pour un bon développement. Une plante de tomate peu devenir grande comme un buisson si tu ne la taille pas.

tomates tuteurées en cage

Pour la taille : suppriment les gourmands, c’est-à-dire les pousses qui poussent en dessus des feuilles. Et en fait un gourmand, c’est quoi ? Juste la plante qui grandit et donnera des fleurs puis des fruits ! Mais le plus important pour une bonne récolte… c’est de récolter ! Plus tu récolteras, plus tu auras de production, et ceci jusqu’au gel, moment où ta plante de tomate mourra !

D’ailleurs, quand le temps se rafraichit à la fin de l’été, je fais de l’ordre dans ma plante de tomate : je supprime toutes les feuilles abimées, et je supprime les fleurs (car elles ne parviendront pas à faire des fruits) et toutes les tiges qui ne servent plus à rien pour permettre aux dernières tomates de murir avant la fin de la saison et l’arrivée du froid. Sous son climat d’origine, un plant de tomate peut vivre plusieurs années, car c’est une plante vivace. Ce n’est malheureusement pas le cas chez nous.

plant de tomate

Et il te faudra aussi l’aider à bien grandir, en lui installant des tuteurs, soit rigides, soit des ficelles tendues ou des « cages à tomate » par exemple, faites avec un reste de treillis. Si tu ne le fais pas, ta plante va surement verser sous le poids de ses fruits. Au sol il y a plus d’humidité, ce que la tomate n’apprécie pas. Le fait de tuteurer le plant lui permet aussi de recevoir de la lumière de partout.

Et surtout, quand tu l’arrose, fais bien attention à ne pas mouiller ses feuilles, car la tomate n’aime pas ça. D’ailleurs, c’est souvent pour cette raison que dans les jardins des plus expérimentés d’entre nous, les tomates poussent à l’abri de la pluie. Si ta plante est en pot, arrose souvent, au plus chaud de l’été une à deux fois par jour selon la grandeur de tes pots. Tu peux installer un système d’arrosage comme un oyas ou le faire toi-même avec une bouteille récupérée, dont tu troues le bouchon et coupes le fond, et tu l’enterres à moitié pour qu’elle tienne dans ton pot. Cela te fera une réserve supplémentaire d’eau, car en pot, les tomates souffrent vite au cœur de l’été. Si tes tomates sont en pleine terre, je te conseille d’attendre que l’arrosage se fasse indispensable, surtout si tu ressèmes des graines d’année en année : tes tomates seront plus savoureuses. Moins tu arroses, plus tes tomates iront chercher de l’eau dans le sol. D’ailleurs, si tu les arroses, arrose bien et beaucoup à la fois, pour que les racines de tes tomates descendent profondément dans la terre.

jeunes pousses de tomate

La fertilisation

Si tu achètes ton terreau, tu n’auras rien d’autre à faire… En effet, si tu regardes sur le paquet où la composition est notée, tu verras que les industriels ajoutent de l’engrais. Ne te fais pas avoir en achetant de l’engrais spécial pour tomates ! En tout cas, je n’ai pas trouvé de terreau sans engrais au magasin. Si tu veux du naturel et rien que du naturel, mise sur un bon compost. La tomate n’a pas besoin d’azote supplémentaire, mais plutôt de potasse (cendre de bois) pour bien fructifier. Si tu as de l’ortie chez toi, mets-en une bonne poignée au fond du trou de plantation et utilise un paillage de consoude si tu en as aussi : ces plantes apporteront des nutriments à ta plante de tomate. Si tu habites en appartement, tu peux aussi arroser tes tomates avec l’eau de lavage de tes légumes, ou l’eau de cuisson de ceux-ci pour autant que tu n’as pas utilisés de sel (c’est valable pour toutes tes plantes, même celles d’intérieur).

tomate cerise variété stargold

En conclusion

S’il y a bien une seule plante que je te conseille pour commencer, c’est celle-là ! Elle est très tolérante et te donnera de toute façon de belles récoltes. Pour être sûr de réussir, choisis une tomate type cerise, qui est la plus facile à mon sens pour le débutant. Tu auras des fleurs et des fruits : une belle récompense pour t’être occupé d’elle ! Et pour accompagner ta salade de tomates, je te conseille d’installer une plante de basilic à son pied ou de l’origan. Et cela rendra aussi ton balcon ou ta terrasse bien plus accueillante, car c’est aussi une belle plante ornementale.

Et si tu installais des framboisiers chez toi ?

framboisier

Ah, les framboises… Moi elles me ramènent en enfance, quand j’étais en vacances chez mes grands-parents, il y en avait tout le temps à picorer directement au jardin. Qu’est-ce que c’était bon ! Bien mûres, avec ce goût sucré et acidulé à la fois… une merveille !

C’est le printemps et on a tous envie de jardiner, même si on débute, alors pourquoi pas mettre un gros pot avec un framboisier sur ton balcon ou ta terrasse…. Et tu verras, la culture de framboises, c’est facile. Et quel plaisir de se régaler au soleil ! Si tu as un jardin, tu pourras en mettre plus.

À partir d’une plante, tu peux facilement la multiplier pour en avoir plusieurs, comme on le verra plus loin !

Je te conseille de choisir une variété d’automne, pour pouvoir en profiter pendant toute la belle saison.

La framboise est le fruit du framboisier ( Rubus idaeus) qui est une plante de chez nous. Cette plante pousse à l’état sauvage dans les Alpes, les Vosges et en Auvergne. C’est à la Renaissance que la sélection pour obtenir des fruits de plus en plus gros et savoureux commence. Actuellement, il existe plusieurs variétés, des non-remontantes et des remontantes dites framboises d’automne, à fruits rouges, jaunes, orange, blancs et même noirs.

framboisier noires

En Grèce, il y a un mythe qui parle de ce petit fruit savoureux. Zeus a passé son enfance sur le mont Ida en Crète, il est élevé par la Nymphe Ida et de la chèvre Amalthée. Cette dernière se serait écorchée au sein sur une épine de framboisier et son sang serait à l’origine de la couleur des framboises, qui étaient originellement blanches.

Depuis le Moyen-Âge, elle est cultivée en premier lieu pour ses fleurs et ses vertus médicinales. La framboise fait partie de la grande famille des rosacées, famille qui comprend entre autres la ronce et l’églantier ; d’ailleurs, ses petites fleurs nous le rappelle.

Plante alimentaire

Mmm…. Ses fruits délicieux ! Rien que pour cela, ça vaut la peine d’en avoir un pied ! Cependant pour une vraie récolte, je te conseille d’en mettre plusieurs, je dirais 5 pieds par personnes environ. Cela dépendra de ton amour pour les framboises… et de si tu veux en faire des confitures, des conserves au naturel, du sirop et d’autres spécialités !

La framboise est un fruit que tu peux mettre dans tes céréales du matin, ou dans les desserts, que ce soit en coulis avec une pana cotta ou dans un bavarois à la framboise ou encore dans une simple mousse ou dans une délicieuse tarte. La douceur du chocolat se marie très bien avec son acidité ; avec les dernières framboises surgelées que j’avais, j’ai fait un cake au chocolat et aux framboises que, ici, tout le monde a aimé.

framboisier classique

Les framboises se conservent très bien au congélateur, le mieux c’est de les congeler à plat avant de les transférer dans des bocaux ou des boites de congélation. Elles sont alors beaucoup plus pratiques à doser.

Plante médicinale

Ses feuilles s’utilisent dans les tisanes ou les thés, juste pour son goût ou pour ses vertus médicinales, surtout pour les problèmes liés au système reproducteur féminin.

En effet, la feuille de framboisier est utilisée en interne pour accélérer l’accouchement et le faciliter, ainsi que pour traiter l’endométriose, les fibromes, les menstruations surabondantes et la dysménorrhée. Pour les femmes enceintes, la feuille de framboisier est bonne pour tonifier l’utérus (aide à accoucher) et pour le lait maternel. Elle a aussi un léger effet diurétique en cas d’œdème, elle apaiserait les diarrhées et les irritations de la gorge comme l’angine. Elle diminuerait les nausées.

La feuille de framboisier peut aussi être utilisée en usage externe : en cataplasme pour traiter les aphtes et les ulcères, et en application de tisane pour soigner les conjonctivites et les yeux irrités ; elle aurait un effet antiseptique sur les blessures légères.

Petit rappel, avant toute utilisation de plantes médicinales, demandez conseil à votre droguiste.

Plante mellifère

bouton floraux framboisier

Avec ses fleurs suaves, le framboisier attire une foule d’insectes, dont les abeilles et les bourdons. Profite donc de les observer, c’est un petit monde fascinant. Et comme elle attire tout ce petit monde, place-la près de ton potager, en bordure de celui-ci par exemple, comme tu le vois traditionnellement par chez nous, car ainsi cela aidera à la pollinisation de tes légumes.

Plante ornementale

Pour ne rien gâcher, ses fleurs sont comme de mini roses simples, blanches ou parfois légèrement rose, et toute la plante sent bon…. La framboise !

Au jardin

Les framboisiers sont des plantes faciles, et pour une récolte abondante, il faut les placer dans un endroit ensoleillé, bien que la mi-ombre peut très bien leurs convenir.

Si tu plantes ton framboisier en pleine terre, à la plantation puis tous les automnes, ajoute une ou deux pelles de compost par pied d’après que ta terre est riche ou pauvre, ainsi qu’une petite poignée de cendre de bois pour apporter de la potasse. Si tu la plantes en pot, fais donc une lasagne, et change-la de pot au printemps quand tu refais tes lasagnes, ou alors ajoute-lui aussi une pelle de compost par pied et une poignée de cendre. Attention, trop peu, c’est mieux que trop, surtout pour l’azote ! L’année passée au printemps, j’ai mis directement mes épluchures et des tontes de gazon au pied de mes framboisiers, et ils ont été envahi de pucerons !

fleur de framboisier

Je vais te parler de ma façon de faire, puis de la façon classique de tailler les framboisiers.

Alors au printemps, j’attends que les bourgeons sortes sur mes framboises, et je supprime juste ce qui est mort, à ce moment-là cela se voit bien ! Et je coupe directement le bois mort en petits bouts pour le remettre au pied de mes framboisiers, comme paillage. J’attache ensuite les cannes pour qu’elles restent à hauteur et je rajoute du compost et de la cendre. Puis, comme je n’ai pas encore de plantes couvre-sol, je paille avec de la paille de blé. Cette façon de faire permet de laisser aux petits insectes un gîte pour l’hiver ! Et voilà, c’est tout ! Si tu fais comme moi, ta plante poussera toute seule, et normalement tu n’auras pas plus de 3 à 4 tiges par pied, et les nouvelles pousses se déplaceront d’environ 30 à 40 cm chaque année ; à toi de décider si tu veux les arracher pour les planter plus loin.

Pour une taille classique, tous les framboisiers se taillent à ras du sol en automne – hiver, après l’arrêt de la récolte. À toi de voir ce qu’il te convient le mieux.

L’année passée, j’ai eu une attaque de rouille. Heureusement, j’ai de la prêle dans mon jardin. J’ai préparé une décoction de prêle que j’ai pulvérisé sur mes framboisiers. La rouille est ensuite partie très vite.

feuille de framboisier attaquée par la rouille

Et j’ai observé beaucoup de punaises l’année passée. Elles sont grises-brun, et se promenaient sur mes framboisiers. La première année, il y en a eu très peu, juste en fin de saison. L’année passée, il y en avait plus, mais j’ai attendu que ça passe ; à la fin, j’ai secoué mes plantes pour faire tomber les punaises. J’ai vu que certains les ramassent, mais je n’ai pas craqué et cette année, je devrais enfin avoir les bons prédateurs pour régler leur compte ! Par ailleurs, il faut savoir que les prédateurs des punaises sont les oiseaux (comme la mésange bleue), les araignées, etc. D’ailleurs, j’en ai vu dans mes framboisiers, et divers autres insectes, comme des petites fourmis volantes : cette année ce problème devrait se réguler tout seul, grâce à la biodiversité que j’accueille de plus en plus dans mon jardin. Pour l’instant, je pense que la nature est parfaite et que cela se règlera sans intervention humaine ou presque.

Comme autres soucis, j’ai aussi eu l’apparition de petits vers dans les fruits. Comme c’était la fin de la saison, j’ai juste abandonné la récolte vu que ce problème s’ajoutait aux pertes subies par les punaises. Voici qui est le responsable de ses petites larves : Byturus tomentosus. Ses prédateurs sont les oiseaux, du coup maintenant que j’ai un coq, cela devrait régler ce problème. Ces insectes tombent au sol pour s’y enterrer avant de ressortir au printemps suivant. J’attends quand même la venue des oiseaux sauvages avec impatience. Si cette année, si je n’en vois pas plus dans mon jardin, j’installerai des nichoirs à mésanges, car elles sont de grandes mangeuses d’insectes en tous genres.

En attendant, j’ai quand même envie de pouvoir profiter pleinement de la récolte de cette année, du coup j’aimerai implanter une plante de tanaisie au pied de mes framboisiers. Cette plante a un effet répulsif contre les insectes et peut aussi être utilisée en pulvérisation. J’espère cependant qu’elle aura un effet suffisant comme plante compagne. Si tu as des framboisiers et que tu as déjà eu à régler ce problème de façon naturelle, n’hésite pas à me laisser un commentaire pour partager ton expérience.

Pour l’espacement, prévois environ 40 cm entre les pieds, si tu veux en faire sur plusieurs ligne, l’espacement y sera de 1,20 mètre.

framboisier jaune

Pour multiplier les framboisiers, rien de plus simple que de partager les pieds, ou de récupérer les drageons (les nouvelles pousses qui sont plus loin de la plante mère). Sinon, tu peux aussi faire des boutures à l’automne ou au printemps. Je te le déconseille de faire des semis, car il faudra plus de temps pour que les plantes arrivent à maturité.

Une dernière petite chose, si tu ne veux pas que tes plantes partent là où tu ne veux pas, installe une bordure d’une profondeur d’environ 40 cm pour les contenir. En effet, la framboise est comme la ronce, elle peut être considérée comme une plante pionnière, d’où son caractère envahissant.

En conclusion

J’espère t’avoir donné envie de déguster de délicieuse framboises naturelles de ta propre production, et si tu as envie de partager ton expérience, pense à me laisser un commentaire et abonne-toi pour ne pas rater mes prochains articles. Une belle semaine à toi et à bientôt sur Nature Permaculture Design.

La fève, légume oublié mais pourtant bon pour tous!

fleurs de fèves rouges

Aujourd’hui, je vais te parler d’une plante facile à ce qu’il parait… mais pas pour moi, l’année passée, j’ai raté sa culture. Si tu en sèmes, il faut en prendre bien soin, pas que tes semis sèchent. Passé cette étape, cela devient facile. L’autre facteur qui m’a fait rater ma culture, c’est que je les ai semées en octobre-novembre, en me disant que ça fonctionnait comme les pois mangetout que l’on sème en octobre. Eh bien, grossière erreur ! Du coup, tu sauras que chez nous, c’est au printemps qu’elle se sème ! Et si tu as peur des pucerons (car les fèves sont connues pour les attirer, même si une de tes plantes en a, tu pinces (supprimes) le bout avec les pucerons et tu le mets par terre. Une fois à terre, les pucerons ne peuvent plus rien faire ! À part se faire manger !

J’en ai remis dans mon jardin, et cette fois j’ai testé une variété qui vient d’Angleterre et dont les fleurs sont pourpres. J’attends avec impatience qu’elles poussent ! Je les teste en pleine terre et sous serre. Cette année, j’espère pourvoir me régaler !

fèves en pleine saison

La fève ou la féverole sont toutes deux des plantes de la même famille les Fabacées et porte le même nom botanique Vicia faba. La seule chose qui les différencie, c’est la grandeur de la graine : petite pour la féverole (0,7 g) et grosse pour la fève (de 2 à 3 g). Il existe plus de 120 variétés pour la fève et plus de 130 variétés pour la féverole. Drôle de légume au goût fin et exquis, la fève est cultivée depuis le néolithique pour ses graines, mais pas que, comme je vais te l’expliquer plus loin. Fait mystérieux, personne ne sait exactement son origine, car personne n’a encore trouvée la plante sauvage d’où nous vient ce légume cultivé. Au Moyen-Âge, d’où nous viens la recette des fèves au lard, c’était très courant de manger des fèves (les pommes de terre n’étaient pas encore arrivées en Europe). La fève était tellement connue que durant l’antiquité romaine, pendant les Saturnales, une fève servait de jeton pour désigner le roi du banquet, et plus tard dans la galette des Rois, avant d’être remplacée par une figurine.

Plante alimentaire

La fève a de très bonnes propriétés nutritives. Elle contient un taux de protéine proche du pois, environ 5 à 6 grammes pour 100 g et 10 g de protéines pour 100 g de fèves fraiches. Cependant, la fève, comme toutes les graines dites « légumineuses », doit être associée à une céréale ou à un tout petit peu de viande pour une bonne assimilation des ces protéines.

En plus, elle contient de bons lipides (les fameux acides gras insaturés), des fibres en abondance ainsi que des minéraux, essentiellement du potassium, du magnésium et du calcium.

fèves fraiches

La fève se consomme à 3 stades d’évolutions : lorsqu’elle est jeune, avec la gousse ; les fèves fraîches de la gousse à maturité ; et les graines sèches, qu’il faut réhydrater 12 h dans de l’eau, comme les haricots secs ou les pois chiches.

  • Pour les gousses, elles se cuisent à la vapeur ou à l’eau salée. (C’est plus courant de les manger comme cela dans la sorte des féveroles, car elles sont plus petites.)
  • Pour les fèves fraîches, on les mange pelées.(Pour les préparer, il suffit de blanchir les fèves 1 minute dans de l’eau bouillante, puis de les mettre dans de l’eau très froide : la peau s’en va alors toute seule).
  • Pour les fèves séchées, les réhydrater 12 h dans de l’eau avant de retire les peaux et de les cuire. Personnellement, je n’en ai jamais vu chez nous en magasin mais je sais que ça se trouve en Europe, plutôt dans le sud.
  • Tu peux congeler les fèves pour les conserver : écosser les fèves et supprimer la peau qui les entoure avant de les congeler. Ou alors les sécher, en les étalant bien : le séchage prend plusieurs jours.
graine de fèves séches

Plante utile

  • Comme engrais vert, riche en azote. Sais-tu que la fève fait partie des fixateurs d’azote ? Cela veut dire que si elle n’en trouve pas en suffisance dans le sol, les bactéries qui habitent des nodules sur ses racines captent l’azote atmosphérique. Donc quand tu as fini ta culture de fèves, coupe les tiges, et mets-les au sol. C’est encore mieux si elles sont coupées grossièrement ou hachées. Cela enrichira le sol pour la culture suivante dans une proportion de 135 kg d’azote par hectare.
  • La fèverole au port buissonnant entre dans l’alimentation animale : pour les bœufs, les chevaux.
  • Pour le drainage des sols humide : la fève ou la féverole produisent de puissantes racines et peuvent être utilisées comme plantes drainantes.
  • Pour son côté ornemental avec ses belles fleurs
  • Pour attirer une foule d’insectes, car elle est mellifère.
fèves a maturités

Au jardin

Les fèves se sèment chez nous au mois de mars, dans un sol meuble. Pense à protéger ta culture avec un voile de protection pour une pousse plus rapide, surtout si les températures sont fraiches chez toi. Les fèves supportent des températures négatives jusqu’à environ -5 degrés.

À part si ton jardin est jeune, tu n’as pas besoin d’apporter du compost. Il faut les tuteurer, sinon avec le vent elles peuvent verser. Les tuteurs les aident aussi à monter plus haut. Il faut espacer les fèves d’environ 10 cm sur une ligne, et tu peux faire 2 ou 3 lignes par carreau. Ou tu peux aussi en semer au pied de tes arbres fruitiers ou de tes petits fruits. Avant de semer, fais tremper tes graines à température ambiante, pour ramollir la peau et faciliter leur germination.  si tu fais cela, il faut bien surveiller que la terre reste bien humide jusqu’à la levée.

pousses de fèves

Une fois qu’elles ont grandi, pense à les butter, c’est-à-dire à ramener de la terre sur le pied des plantes.

Tu pourras commencer à récolter environ 3 mois après le semis, en commençant par les gousses en bas des plantes.

Quand tu as tout récolté, pense à utiliser les plantes en paillage, sous forme hachée, pour apporter de l’azote a la culture suivante.

Et bien sûr, tu peux les cultivés en pot si tu le désirs.

En conclusion

La fève fait partie un peu des légumes oubliés et cela est bien dommage. Ces fleurs en forme de petits papillons font d’elle une plante qui peut trouver sa place au jardin d’ornement comme au potager. Et elle peut t’apporter que des bénéfices pour ta santé. Si tu en as trop, tu peux sécher les graines : en effet, une fois séchées, les graines gardent leurs propriétés nutritionnelles très longtemps. Bref, cette plante a tout pour retrouver une place de choix dans nos jardins et dans nos assiettes !

Je te souhaite une belle semaine et jardine bien ! Pense à partager et à cliquer sur like si tu as aimé cet article, et abonne-toi à ma newsletter pour en rater aucun. À la semaine prochaine.

Trois varietés de fève la major, equina à droit et la minor à gauche

Source :

www.jaime-jardiner.com/feve/

Pourquoi tu devrais installer une Aloe vera chez toi

Ma plante d’aloe vera

Chez moi, il y a une de mes plantes dont j’aimerai te parler, c’est une plante sacrée pour certains peuples comme les Incas. Elle te sera utile dans ta pharmacie naturelle pour soigner les petits bobos comme les coups de soleil et les brûlures, ou pour te faire belle ou beau. Elle rentre dans la fabrication de cosmétiques maison, du spray hydratant pour les cheveux jusqu’aux crèmes et masque à faire soi-même, c’est une bombe à oxygène. Ce serait aussi une plante dépolluante pour nos maisons construites avec des matériaux industriels. Sur le plan énergétique, elle protège des ondes en étant placée par exemple près de ta télévision ou de ton ordinateur ! En plus, les feuilles d’aloes vera sont utilisées au Maroc pour obtenir des fibres textiles appelées soie végétale. Et j’adore le style visuel de cette succulente, qui a tout pour plaire même pour ceux qui n’ont pas la main verte !

A savoir

L’aloès vera nous vient des pays chauds. Son origine est incertaine, mais elle viendrait d’Afrique. Les anciens connaissaient déjà cette plante il y a plus 1500 ans avant notre ère pour l’avoir décrite en Égypte sur le papyrus Ebers ; et en 2200 ans av. J.-C., l’aloes vera était déjà mentionné sur des planches d’argile de Nippur, pour une utilisation comme nettoyant sur les intestins. Et Alexandre le Grand l’a utilisée pour ses troupes quand il était en Asie, car là-bas elle était couramment utilisée comme médicament. Au Japon, elle se nomme plante royale et son gel est consommé comme élixir. La culture maya appelle le gel de cette plante « fontaine de Jouvence ». D’ailleurs cette plante rentre dans la célèbre recette de l’élixir du suédois. L’aloès vera est aussi une plante ayurvédique et est considérée comme la plante de l’équilibre entre pitta, kapha et vata, ce qui est très rare.

jeune plant d’aloe vera, immature

Il en existe plus de 300 variétés, dont Aloe Barbadensis Miller, la plus connue pour une culture en pot sous notre climat. Sur ses feuilles, tu peux voir des taches blanches, qui servent à savoir son âge, car elles disparaissent à mesure que la plante devient adulte. C’est la sorte d’aloès vera la plus répandue et c’est celle dont les propriétés curatives et esthétiques sont les plus grandes. Une plante d’aloès vera adulte a 3 ou 4 ans, et peut attendre 80 cm de haut et avoir 21 feuilles. Elle se fait d’ailleurs aussi appeler Lys du Désert. Dans les pays chauds, elle fait une hampe florale avec pleins de fleurs jaunes.

Plante pour la beauté :

Savais-tu qu’il parait que Cléopâtre et Néfertiti l’utilisaient pour leurs soins de beauté ? En Égypte, cette succulente était considérée comme une plante sacrée contenant les secrets de la beauté.

tâches sur la plante jeune

Je sais, il y a des gels d’aloès vera très bien dans le commerce, même que quand j’étais en vacances en France, à la Biocoop, il vendait de la plante d’aloès vera, je crois que c’était 6 euros la branche, mais, je te conseille d’avoir cette plante chez toi, et de l’utiliser toi-même selon tes besoins. Moi je l’utilise en coupant un petit bout et en le frottant directement sur la peau (visage, cou, mains, corps…) et après, je mets ce qui reste au compost pour fabriquer du beau terreau. Ou je mixe le gel avant de l’intégrer dans un masque à cheveux à l’avoine par exemple. Regarde sur internet, il y a pleins de recettes de cosmétiques maison.

Plante utile :

Outre les pays chauds où l’on peut la cultiver pour sa fibre textile, les Indiens l’ont utilisée avec succès comme insectifuge sur leur peau, sur du bois ou d’autres matériaux pour les préserver des insectes.

C’est aussi une plante oxygénante et dépolluante pour nos maisons, et qui apporte des bonnes ondes dans ton chez-toi.

Plante médicinale :

Elle serait bonne pour soigner les plaies, les malaises gastro-intestinaux, la gingivite, l’arthralgie, les irritations cutanées, les brûlures, les gerçures, les coups de soleil, l’acné, la chute de cheveux… Grâce aux propriétés anti-inflammatoires, antivirales, antioxydantes, bactéricides, cicatrisantes, eupeptiques (favorise la digestion), fongicides, hémostatiques, immunostimulantes qu’elle contient, cela en fait une vraie pharmacie ! En plus, la plante d’aloès vera a le pouvoir d’accélérer le renouvellement des tissus. Et elle contient plein de vitamines et minéraux, ainsi que des acides aminés, et elle est utilisée en usage interne pour participer au bon équilibre de la flore intestinale, pour faciliter l’élimination des toxines, stimuler le système immunitaire. Pour un usage interne, manger que le gel et pas le tour ou le jus jaunâtre (sinon c’est laxatif) et n’en abuse pas ; le mieux c’est de voir avec ton droguiste combien il en faut pour quel usage.

Pour les brûlures légères et les coups de soleil, le gel d’aloès vera est fantastique. D’ailleurs tu peux appliquer un bout de gel sur la blessure, et mettre un petit bandage pour le tenir, c’est très efficace. Une fois je me suis brulée méchamment avec un caquelon d’huile, en trois jours je n’avais pratiquement plus rien et maintenant je n’en garde aucune cicatrice.

Comment la cultiver et la récolter ?

Pour ma part, chaque année, je la rempote à la fin des gels printaniers. Dans un pot où je prépare une lasagne (dans l’ordre dans le pot ou le désordre, j’empile des matières sèches carbonées comme des branches et végétaux secs, des coquilles de noix, l’intérieur des rouleaux de papier toilette ou tout autre carton non traité et non imprimé ; puis des végétaux verts humides, comme des épluchures, de l’herbe fraichement coupée et d’autres végétaux verts, ainsi que les déchets de café, de thé ; quand le pot est rempli au 2/3, j’arrête et je mets de la terre ( avec de la vie , 1 ou 2 vers de terre) qui a déjà servi l’année passée dessus, puis je rempote ma plante). Là il faut habituer ta plante à l’extérieur en la mettant de plus en plus dehors prendre le soleil, mais gentiment, car si tu la laisses trop longtemps elle attrapera surement un coup de soleil en devenant rougeâtre… Commence par 2 heures le premier jour, puis après 3-4 heures puis fin mai tu peux la laisser dehors jusqu’à ce que les températures de rafraichissent, mais rentre-la quand la nuit devient plus fraiche (en dessous de 10-15 °C) et place-la dans un endroit ensoleillé de ton chez-toi. Pense à l’arroser, mais avant, vérifie que la terre a 5 cm de profondeur est sèche, sinon attends. Elle passera l’hiver avec succès si tu laisses la terre sécher entre les arrosages.

absence de tache sur les feuille mature

Quand la plante arrive à maturité, elle fait plein de rejets au pied, il y a plus qu’à les mettre en terre pour avoir de nouvelles plantes. Ou alors si tu as une branche tu peux en faire une bouture : tu peux mettre un petit bout après que la branche ait cicatrisé dans de la terre, et normalement tu devrais avoir une bouture si tu maintiens la terre humide.

Pour récolter :

Choisis une feuille mature (celle à la base, et la plus large possible, d’environ 5 cm de largueur, car c’est celle-ci de feuille qui comprend la plus grande quantité de substances actives. Prends un couteau tranchant et coupe une branche près du pied, d’un coup net, et remercie-la ! Pose-la un instant un peu inclinée pour faire sortir le jus jaunâtre qu’elle contient dans l’écorce. Le mieux, c’est d’attendre jusqu’à ce qu’elle cicatrise, et tu verras que si tu la recoupes, il n’y aura plus de ce jus (qui est amer et laxatif). Tu pourras alors utiliser ce dont tu as besoin. Ensuite, tu peux simplement la poser à un endroit sec ; la tige cicatrise toute seule et tu peux l’utiliser selon tes besoins, car elle reste fraiche longtemps.

tache sur les feuille en haut de ma plante feuille immature

En conclusion, j’espère t’avoir donné envie d’en avoir une chez toi pour ses nombreux bienfaits, ou pour son style. Surtout, cette plante multi usage t’offre un pas vers l’autonomie et est un soin zéro déchet pour tes cosmétiques tout en oxygénant ton lieu de vie ! Merci et belle semaine à toi ! Pense à t’inscrire pour ne pas rater la prochaine plante que je vais présenter.

L’incontournable basilic en 5 points

basilic genovese

Aujourd’hui, je vais te parler d’une plante aromatique incontournable de la cuisine en été ! le basilic : rien que de prononcer son nom, cette plante nous évoque le soleil de l’été… il en existe plus de 160 variétés, bien que chez nous, nous en connaissions une petite dizaine, en commençant par le basilic Genovese ou basilic à grande feuille (qui nous vient d’Italie), le basilic citron, le basilic thaï, le basilic cannelle, le basilic grecque à petite feuille, le basilic au gout d’anis, le basilic pourpre, le basilic sacré,… Et même un basilic mammouth à très grande feuille !

Tous ont des saveurs différentes. Je vais cependant te parle du basilic Genovese, car c’est lui la star en Europe. Tu peux trouver les autres variétés en jardinerie ou sous forme de semences. Ton choix sera ainsi plus grand.

basilic grec

Le basilic (Ocimum basilicum) ou de ses autres noms basilic Genovese, basilic commun, basilic aux sauces, herbe royale ou grand Basilic, est une plante connue depuis longtemps. Elle est originaire d’Afrique ou d’Asie pour d’autres variétés. On estime qu’elle est arrivée en Italie au IIe siècle, en passant d’abord par l’Egypte il y a environ 4000 ans. De là elle se serait répandue en Europe, mais tranquillement, car son arrivée en Angleterre daterait seulement du XIVe siècle.

Le basilic est une plante vivace, mais gélive ; en dessous de 10°C, ses feuilles brunissent déjà. Si tu possèdes une véranda et que tu cultives ton basilic en pot, tu peux le conserver 2 ans, voir peut-être plus. Chez moi, en appartement, j’ai tenté l’expérience, mais après 2 ans de bon et loyaux services, il a malheureusement rendu l’âme, peut-être dû à un manque de lumière ou à un surplus d’eau, car il faut très peux l’arroser durant l’hiver. Dans tous les cas, les basilics en climat chaud sont des vivaces. Selon les variétés, la taille de cette plante varie de 30 cm à 60 cm de haut et de 20 cm à 40 cm de large.

1/ Plante alimentaire

Tout le monde connait et adore le basilic ! il rend ta sauce tomate savoureuse, ta salade exquise et en pesto, il se suffit à lui-même ! il n’y a qu’à voir le rayon des plantes aromatiques au supermarché pour voir à quel point il est partout présent !

graines de basilic

Je ne vais pas m’étendre sur ses emplois en cuisine, mais plutôt te donner une astuce si tu en as acheté une botte et qu’il t’en reste : mets ses tiges dans de l’eau et place-les dans un endroit lumineux. En quelques jours, tu pourras voir des petites racines apparaitre : bravo, tu as réalisé une bouture de basilic ! Il ne te reste plus qu’à la planter dans un pot (une plante par pot de 25-30 cm enrichi en compost) et tu auras une plante de basilic chez toi ! Cette technique est beaucoup plus facile que le semis, je te la recommande si tu débutes en jardinage.

plantules de basilic

Pour en avoir toute l’année, tu peux conserver le basilic sous forme de pesto (feuilles hachées dans de l’huile d’olive) au congélateur. Je ne te conseille pas de le garder sous forme séchée, car je trouve qu’il perd sa saveur.

Ses graines sont aussi aromatiques ; donc si tu laisses fleurir ton basilic, attends qu’il fasse des graines, et récolte-les soit pour les ressemer l’année prochaine, soit pour parfumer tes plats. Ou tu peux en faire des graines germées ou des micro-pousses. Pour les graines germées, la graines de basilic est mucilagineuse, donc utilise un germoir adapter.

2/ Plante utile

basilic cannelle en bouton

Le basilic est une plante répulsive, c’est-à-dire qu’elle éloigne les insectes, plus particulièrement les moustiques ! Tu peux en mettre un pot sur ta fenêtre : les meilleures variétés pour cela sont le basilic citron et le basilic cannelle. Personnellement, j’utilise le basilic Genovese : en été, quand vient le soir sur la terrasse, je frotte simplement une feuille sur ma peau pour éloigner les moustiques… Et en plus, tu sentiras le basilic ! C’est un peu spécial, mais ça fonctionne et c’est naturel.

basilic citron

Plante-le aussi au jardin près de tes plantes de tomates. C’est une très bonne association potagère pour éviter le mildiou et utiliser l’espace au pied de tes tomates. Par ailleurs, il parait que d’en planter au pied des tomates améliore la saveur de celles-ci.

C’est aussi un répulsif pour les mouches comme les mouches blanches, les mouches de la carotte, les criocènes de l’asperge et les aleurodes. Planter le basilic près des plantes sensibles à ces insectes, ou en faire une infusion et la pulvériser.

3/ Plante médicinale

C’est une plante qui est bonne pour la digestion : tu peux faire de la tisane et la boire après un repas, ou si tu te sens barbouillé, en manger simplement une feuille ou deux. Cette plante est aussi très bonne pour la vision, pour réduire le stress ou pour favoriser la lactation chez les femmes allaitantes. Elle est aussi calmante et bonne pour faire disparaitre les migraines. Si tu veux en savoir plus, voici un site ( https://www.altheaprovence.com/cazin/basilic-ocymum-basilicum/ ) que je trouve intéressant.

4/ Plante ornementale

basilic Opale

Avec ses belles couleurs allant du vert printemps au plus profond des pourpres, tu peux très bien l’utiliser comme ornementale. Elle porte aussi de jolis épis de petites fleurs, allant du blanc au rose clair, pour le plaisir des yeux.

5/ plante mellifère

basilic en fleurs

Ses jolies petites fleurs mellifères attirent plein d’insectes et favorisent ainsi la pollinisation de tes fruits et légumes et attire une bonne biodiversité dans ton jardin.

Au jardin

tige de basilic avec graines

Sème ton basilic à l’intérieur en mars ou en avril, dans une mini serre et n’arrose-le pas trop. Au bout d’environ 8 jours, tu devrais les voir apparaitre. Tu pourras planter tes plants de basilic au jardin dès la mi-mai, après les gelées. Habitue-les à l’extérieur avant de les sortir définitivement et de les planter. Si tu achètes une plante dans le commerce, sache qu’il n’y en a pas qu’une dans ton pot, mais une multitude, et sépare-les ! il faut espacer les plantes de minimum 10 cm, mais l’idéal serait de laisser 30 cm dans tous les sens. Tu peux bien évidemment le cultiver dans des bacs à fleurs ou dans des pots de 25-30 cm de diamètre. En pot, pense à l’arroser souvent ; le mieux c’est d’utiliser un pot avec une réserve d’eau. Sinon, au jardin, pense à l’associer à la tomate.

Si tu veux en avoir beaucoup, récolte-le régulièrement ; car plus tu le récoltes, plus cette plante fera de nouvelles pousses. Si tu laisses tes plantes de basilic fleurir, tu n’auras plus de feuilles à récolter ! Mais tu peux en laisser une fleurir pour pouvoir récolter des graines pour l’année prochaine. Dans ce cas, fais attention, car dès que les graines sont mures, elles tombent au sol. Coupe donc les tiges juste avant et mets sécher sur un tamis très fin.

En conclusion

C’est une plante facile, que tu habites en ville ou à la campagne, il te suffit d’avoir plus de 5 h de soleil par jour. En outre, si tu disposes d’une fenêtre avec beaucoup de soleil en hiver, tu peux garder ta plante de basilic à l’intérieur ; si tu réussis, tu auras du basilic frais tout le temps en récompense. Tu pourras manger plus sainement si tu enrichis ta terre de façon naturelle, par exemple avec ce fertilisant liquide que j’utilise régulièrement pour mes plantes d’intérieur.

Voici la recette pour en faire : récupère une peau de banane, une coquille d’un œuf utilisé en cuisine et du marc de café. Mets tout cela dans un grand bocal d’environ 1 litre, couvre d’eau et attends le lendemain (ou 48 h). Ensuite, filtre ce mélange et ajoutes-en à ton eau d’arrosage pour nourrir tes plantes.

J’espère avoir fait le tour de cette plante. Si tu as des questions, tu peux toujours me laisser un commentaire, et si cet article t’a plu, n’hésite pas à le partager sur tes réseaux sociaux ou à t’abonner pour recevoir ma newsletter chaque semaine gratuitement. Merci à toi et passe une belle semaine !

Installe le crosne du Japon, un légume perpétuel oublié, pour ces 4 bonnes raisons

récolte de crosnes du Japon

Aujourd’hui, je vais te parler d’une plante oubliée, ou presque, que j’ai trouvé au marché à Berne l’année passée et que j’ai planté dans mon jardin, qui pousse sans entretien et qui est vraiment facile.

Je t’en parle maintenant, car si tu veux en faire pousser, le bon moment de l’implanter dans ton jardin en permaculture ou sur ton balcon est à la fin de la saison de récolte, c’est-à-dire au printemps.

Le crosne du Japon ou « Stachys affinis » serait originaire de la Chine. Il aurait ensuite été cultivé au Japon avant d’arriver en France en 1882 où il a été cultivé pour la première fois dans la ville de Crosne, d’où cette plante tire son nom. À la fin du XXe siècle, le crosne du Japon tombe dans l’oubli et il réapparait maintenant peu à peu sur les marchés. Les Anglais l’appellent Chinese artichoke (c’est-à-dire artichaut chinois).

Cette plante fait partie de la famille des lamiacées, comme la menthe, la mélisse ou l’ortie par exemple. D’ailleurs, elle forme de petites touffes qui ressemblent à une plante de menthe. C’est un légume vivace qui donne de petits tubercules rigolos en forme de chenille !

Ses tubercules se forment en fin d’été quand la longueur d’ensoleillement des journées se raccourcisse. Ses tiges poussent de 30 cm à 60 cm de hauteur.

Choisis bien son emplacement, car une fois installée, elle repart des rhizomes oubliés lors de la récolte, d’où sa réputation d’envahisseuse. Elle est favorable à faire une couverture de sol à long terme, tout en produisant de bons légumes.

1/ plante pour la biodiversité

fleur de crosne du Japon

Le crosne du Japon fait de jolies petites fleurs blanches, mais plus souvent rose, et comme elle fait partie des lamiacées, elle est mellifère. Cependant, sous nos latitudes suisses, ce n’est pas à une floraison extraordinaire que tu dois t’attendre.

2/ plante alimentaire

Ces tubercules ont un goût fin, qui rappelle la noisette. Ils sont tout aussi délicieux crus ou cuits, en salade ou en gratin. Pour ma part, je les aime juste poêlés pendant 10 minutes avec un peu d’ail dans du beurre.

Pour les préparer, beaucoup de personnes les frottent dans un linge avec du sel avant de les rincer, pour ma part, je te conseille de les mettre dans de l’eau et de simplement les frotter avec une brosse entre les petits renflements.

Comme les crosnes se conservent très mal, récolte-les dans ton jardin à mesure de tes besoins.

Le crosne du Japon est riche en protéines et en divers minéraux.

racines de crosnes du Japon

3/ plante couvre-sol

C’est un très bon couvre-sol, qui peut par exemple être utilisé comme couvre-sol dans le jardin forêt, entre des arbustes à petits fruits tels que les raisinets, les cassis ou les groseilliers.

crosnes du Japon en fleurs

4/ plante à paillage

Pour avoir des tubercules plus gros, tu peux couper plusieurs fois les tiges et les utiliser comme paillage directement au pied de la plante.

Au jardin

Le crosne du Japon se plante à l’automne, ou mieux au printemps de février à avril, en poquets de 3 ou 4 rhizomes, à 10 cm de profondeur dans une terre riche. Espace les tubercules d’environ 40 cm, car elle pousse vite en grosse touffe. Si tu les cultives dans ton potager, espace les lignes de 60 cm, paille-les et butte-les au mois de juin pour une plus grosse récolte. Cela n’est cependant pas une obligation, car si tu la laisses se débrouiller, tu vas quand même pouvoir en récolter une belle quantité. C’est une plante qui pousse très bien à l’ombre, mais qui a quand même besoin d’en peu de soleil pour bien prospérer. Si le sol est frais et humide, la plante s’en porte que mieux. Donc le crosne du Japon pousse bien, même dans un milieu où plein de légumes ont de la peine avec un faible ensoleillement et une terre toujours un peu humide.  Tu peux couper plusieurs fois les tiges pour récolter des tubercules plus gros. Ou laisser la nature faire et laisser le crosne du Japon fleurir pour nos amis les insectes.

crosne du japon

Tu peux bien sûr le cultiver dans un grand pot dont la profondeur minimum devra être de 15 cm.

Dès l’automne, en novembre tu peux récolter les tubercules, et ceci pendant tout l’hiver, jusqu’en mars ou avril. Protège l’emplacement avec du paillage ou une couverture pour pouvoir les récolter quand la terre devient dure. Note aussi où tu les as mis, car tout le feuillage disparait. Pour toujours en avoir, il te faut laisser quelques rhizomes en terre, mais généralement cela se fait tout seul, car c’est facile d’en oublier lors de leur récolte.

En conclusion

jeune plant de crosne du Japon

C’est un légume fin et délicat que personnellement j’apprécie beaucoup et qui en plus a une double fonction dans un jardin en permaculture. Et, si tu as un balcon ou une terrasse, tu peux aussi le cultiver, par exemple, dans un grand pot ou une jardinière : installe un groseillier et, à son pied, tu peux cultiver des crosnes à 3 places, ainsi que 3 plants de tournesols dans le bord du pot ou (à la place des tournesols) utiliser des tuteurs et y semer des haricots d’Espagne (3 graines) au pied de chacun d’entre eux pour utiliser la verticalité.

permaculture design pot avec crosnes du japon

Si mon article t’a plu, tu peux t’inscrire à la newsletter pour que je t’informe chaque semaine de la parution d’un nouvel article, ou tu peux le partager sur les réseaux sociaux ou me laisser un commentaire.

Je te souhaite une belle semaine et beaucoup de plaisir à jardiner. J’espère te retrouver la semaine prochaine pour une nouvelle découverte verte.

10 Bonnes raisons de cultiver le tournesol chez toi

tournesol red velvet

Salut ami des plantes ! Aujourd’hui, je vais te parler d’une plante que tout le monde connait, au moins visuellement et aussi pour son huile alimentaire : le tournesol. De culture facile, cette plante qui traverse les époques depuis très longtemps a toutefois bien d’autres cordes à son arc !

Pour commencer un peu d’histoire, le tournesol, Helianthus annuus, dont le nom signifie fleur de soleil, a été introduit en Europe au XVIe siècle comme plante ornementale, et c’est les Russes qui sont les premiers à cultiver le tournesol pour son huile vers 1840.

Le tournesol est originaire d’Amérique du Nord, où les plantes sauvages très ramifiées peuvent parfois recouvrir des milliers d’hectare de prairie. Les archéologues ont aussi trouvé des graines qu’ils datent à plus de 4100 ans avant J.-C. au Mexique.

Il en existe pu de 60 variétés, dont :

  • Les variétés cultivées pour leurs graines : elles peuvent attendre 6 mètres de hauteur, et leur fleur peut atteindre 80 cm de diamètre et donner des graines jusqu’à 2,5 cm de longueur. Ces sortes-là ont généralement qu’une seule tige.
  • Les variétés cultivées pour leurs fleurs sont ramifiées avec des fleurs plus petites, mais très colorées, simples ou doubles.

C’est une plante fascinante pour ses nombreux emplois et pour sa fleur, dont les akènes sont organisés d’après le nombre d’or… De là à dire que cette plante vaut de l’or, il n’y a qu’un pas.

1/ Plante facile à cultiver

Même si tu débutes en jardinage, tu la dompteras facilement ! c’est une plante très facile à cultiver.

2/ Plante pour la biodiversité

tournesol géant

Le tournesol est mellifère, les abeilles l’adorent. La fleur contient du nectar et du pollen en abondance.

Si tu veux attirer divers oiseaux chez toi, dont les mésanges mangeuses de chenille pour protéger ton jardin, sème des tournesols ! Laisse les fleurs pleines de graine sur place ou cueille-les et quand elles sont sèches, cloue-les sur le dessus d’un piquet en bois coupé en biais pour que l’eau puisse s’écouler.

3/ Plante alimentaire

Toutes les sortes de tournesol sont comestibles, cependant les variétés à graines te donneront des graines plus grandes et en plus grande quantité, c’est la seule différence.

Les graines de tournesol contiennent des protéines, des vitamines du groupe B , A, et E, ainsi que des minéraux comme le calcium, le sélénium, le phosphore, le manganèse, le cuivre, le fer, le souffre, et le potassium et des acides gras essentielles.

Pour décortiquer les graines récoltées, tu peux le faire à la manière des amérindiens : les enfermer dans un sac, les battre ou les écraser avec un rouleau à pâtisserie par exemple, puis les mettre dans de l’eau ; les coques vides flottent et les graines coulent, ce qui te permet de les récupérer et de les mettre sécher avant de les stocker !

bouton de tournesol

Les pousses, la tige et les boutons de tournesol sont comestibles. Ces derniers d’ailleurs étaient très appréciés au XVIIe siècle. Cueillir les boutons sur les pousses latérales et les apprêter comme les artichauts, à la vapeur et les servir avec de l’huile d’olive, du sel, du poivre et un filet de jus de citron ou avec une vinaigrette.

Les pétales du tournesol sont aussi comestibles et tu peux les mettre dans la salade, pour décorer les plats et dans tes thés.

Les pétales séchés peuvent aussi être utilisés comme colorant alimentaire jaune ; si tu as une variété à pétales pourpres, ça te fera un colorant alimentaire pourpre.

À tester comme chewing-gum naturel : les enfants des Amérindiens mâchent la moelle située à l’intérieur de la tige.

Les graines se consomment de l’entrée au dessert, natures ou grillées, ou dans du pain par exemple. Tu peux même en faire du fromage végétal. Si tu torréfies les graines et les mous, tu peux les utiliser comme succédané de café. Et si tu es vraiment motivé, tu peux faire ton huile de tournesol en pressant les graines décortiquées.

micro-pousse de tournesol

Tu peux aussi en faire des graines germées ou même des micro-pousses pour ajouter de la verdure à tes salades pendant tout l’hivers.

4/ Plante utile

Les Amérindiens employaient ses tiges sèches pour la construction, la vannerie et les tissus. Les Indiens Hopi utilisaient les graines violettes d’une variété de tournesol comme teinture pour les textiles et les vanneries.

Recette de teinture jaune à cuivre : 10 l d’eau à faire bouillir avec 5 fleurs jaunes pendant 10 min et laisser reposer 12 h. Filtrer et tremper de la laine mordancée avec de l’alun à 2 % pendant 24 h.

Les tiges et les fleurs séchées (vidées de leurs graines) servent aussi de combustible. Les tiges peuvent servir à faire du papier. Dans l’industrie, tu commences à trouver des plaques isolantes en tiges de tournesol. On fait aussi du biocarburant avec le tournesol.

graines de tournesol

Et il parait que les coques des graines sont riches en pectine, donc pour faire des confitures… à tester.

En Amérique du Sud, les feuilles de tournesol sont séchées et roulées pour les fumer. Les feuilles de tournesol peuvent être intégrées dans tes mélanges de plantes à fumer.

5/ Plante ornementale et brise-vue

Les fleurs de tournesol suivent le soleil avant leur floraison, donc si tu veux observer ce phénomène, regarde tes tournesols avant que les fleurs s’ouvrent, car après, les fleurs restent en place. Elles fleurissent de juillet à septembre. Pour les couleurs, tu en trouves des jaunes clairs jusqu’à des pourpres très foncés, à fleur simple ou double.Si tu as un vis-à-vis ou une mini haie rapide à faire, mets des tournesols ! Ils poussent vite. Si tu as un balcon, le tournesol pousse bien en pot ; mets-en un par pot que tu choisis d’après la grandeur du tournesol à la floraison (entre 30 cm et 50 cm de diamètre).

6/ Plante fourragère

Toute la plante, mais surtout les feuilles, est une plante fourragère pour les lapins, les cochons d’Inde…

Les graines peuvent être données aux poules : celles-ci pondent mieux après en avoir consommé.

7/ Plante à Biomasse

En fin de saison, tu peux hacher les tiges et les utiliser comme paillage pour ta culture suivante.

8/ Tuteur vivant

Tu peux te servir des tournesols comme de tuteurs pour tes plantes, par exemple pour un plant de tomate, avec un haricot ou une ipomée pour le fixer à son tuteur ! Ou encore pour les grimpantes comme les concombres.

9/ Plante dépolluante, drainante et permettant d’améliorer le sol

  • Grâce à ses profondes racines qui aèrent ton sol, celui-ci peut mieux respirer et sa qualité s’améliore.
  • Les plantes de tournesol sont aussi de vraies pompes à eau : si tu as besoin d’enlever de l’eau de ton terrain, tu peux donc en semer en grande quantité.
  • Les racines s’enfoncent jusqu’à 10 m de profondeur et fixent les nitrites, la radioactivité et le plomb. (Les plantes utilisées pour dépolluer le sol doivent être coupées et brulées après usage.)
graines décortiquées

10/ Plante pour la beauté

L’huile de tournesol est très bonne pour la peau et les cheveux ; elle régénère les peaux agressées et les cheveux abimés.

Au jardin

La culture du tournesol s’étale sur 70 à 100 jours. Tuteure-les s’ils sont exposés au vent. Pour les variétés à grosses fleurs, espace bien tes plantes.

plant de tournesol

À semer sous abri ou à l’intérieur en mars-avril et repiquer à l’extérieur après les saints de glaces, à la mi-mai. Tu peux aussi semer directement à la mi-mai, mais fais attention aux limaces, elles adorent les jeunes pousses, c’est pour cela qu’une culture en godet ou mini pot est conseillée.

Arrose si besoin, sinon admire !

Pour garder ses semences : les tournesols ont besoin d’une autre plante de tournesol pour donner des graines, donc, juste avant la floraison il te faut choisir 2 fleurs sur 2 plantes différentes, l’une à côté de l’autre et mets ces fleurs dans des sacs en papier. Puis pendant les 5-10 jours que dure la floraison, tu passes une fois par jour et « frottes » ses deux fleurs l’une contre l’autre, puis remets-les dans les sachets. Tu auras la même variété de tournesol que tu as semé l’année prochaine. Autrement, laisse la nature faire et tu pourras avoir des surprises, car tes tournesols peuvent être fécondés par d’autres, situés jusqu’à 5 km de distance !

La récolte :

tête de tournesol prête à récolter

Dès que tous les pétales sont tombés, tu peux couper la « tête » de tes tournesols pour la mettre à sécher, fleurs contre en haut. Quand c’est sec, tu peux frotter avec tes mains ou frotter les capitules sur un grillage pour faire tomber les graines, puis fait les biens sécher, pense à les remuer si tu en as beaucoup et quand elles sont bien sèches, tu peux les stocker.

en conclusion

Voilà, j’espère que je t’aurai donné envie de cultiver du tournesol pour ses emplois mais aussi pour la beauté de ses fleurs qui nourrissent une foule d’insectes et de petits animaux !

Si cet article t’a plu, n’hésite pas à le partager sur les réseaux sociaux. Et si tu as envie de me laisser un commentaire sur une plante que tu aimerais mieux connaître, ou si tu as des suggestions ou des critiques, clique sur le titre de l’article pour laisser un message dans les commentaire en bas de l’article.

A la semaine prochaine pour une nouvelle plante a découvrir!

Sources :

https://blog.kokopelli-semences.fr/fiches-techniques/tournesols/

https://tournesol-oc-sully.jimdo.com/tournesols/documents/

Le physalis, de l’exotisme dans ton jardin ou sur ton balcon

physalis ou coqueret du Pérou

Tu en as surement déjà vu dans ton magasin ou en décoration dans les recettes de cuisine, c’est un petit fruit au gout indescriptible, entre la groseille et l’ananas. Mes enfants en raffolent et cette année, j’aimerais en faire une belle récolte. Il y a 3 ans, j’en avais semé tard dans la saison, et je n’avais pas eu beaucoup de fruits. Si tu veux faire une belle récolte je te conseille de semer maintenant ou d’acheter un plant bien développé à la mi-mai. Pour avoir des fruits, il faut compter 3 mois et du soleil, car le physalis fait partie de la grande famille des solanacées, comme la tomate et l’aubergine pour ne citer que les plus connus.

Il en existe plus de 90 variétés, du physalis Alkékenge (Physalis alkekengi), connu chez nous depuis le néolithique, au coqueret du Pérou (Physalis peruviana) dont les fruits sont les plus gros des variétés jaune-orangé, en passant par la cerise de terre du Québec (Physalis pruinosa) qu’ils connaissent là-bas depuis longtemps. Dans la même famille, tu trouves la tomatille ou le tomatillo (Physalis philadelphica) ; d’une couleur vert-violet, il est plutôt utilisé comme aubergine dans les salsas mexicaines, mais il pousse aussi chez nous. Le physalis est riche en vitamines et en antioxydants.

Voici les 3 plus connus chez nous

L’amour en cage

fruit de physalis Alkékenge

Le physalis Alkékenge a plusieurs noms, dont « lanterne japonaise » ou « amour en cage ». Tu en as surement déjà vu dans les jardins de nos grand-mères. C’est une plante vivace et rhizomateuse, donc fais attention où tu l’installes, car elle peut s’étendre jusqu’à devenir envahissante. Ses fruits, qui sont petits, sont comestibles, mais seulement à maturité. C’est le cas quand le fruit est bien rouge et que le calice rouge oranger est devenu très fin et laisse apparaitre le fruit. Comme tous les fruits de physalis, ce fruit est toxique avant d’être mûr (désagréments intestinaux). Cette plante est une solanacée comme la tomate donc cela se comprend et cela vient de là que beaucoup de personnes disent qu’il ne faut pas la consommer. Les fleurs sont de couleur blanche ou crème, et le fruit arrive à maturité vers le mois d’octobre. Il est plus acidulé que les autres physalis. D’ailleurs, cette variété est beaucoup utilisée pour ses qualités ornementales, par exemple pour faire de beaux bouquets secs. C’est aussi une plante médicinale, utilisée pour traiter la goutte et les œdèmes. Elle est diurétique, laxative, dépurative et sédative. Ce sont les baies qui sont utilisées en infusion ou en décoction.

plante de physalis Alkékenge

Cette petite baie est riche en vitamines C et s’utilise en cuisine comme les autres physalis, crue ou cuite, dans les salades de fruits ou les confitures par exemple. Si tu veux récolter des baies un peu plus grosses que celle qui sont connues chez nous depuis des temps immémoriaux, je te conseille la variété Physalis alkekengi ‘franchetii’, originaire du Japon. Sème-la en mars, puis installe la en plein soleil dans une terre fertile, après quelques arrosages la première année c’est une plante qui ne te demandera pas d’entretien particulier.

La cerise de terre

fleur de cerise de terre

La cerise de terre du Québec (Physalis pruinosa) est la variété qui est meilleure gustativement que le physalis Alkékenge. C’est aussi la plus facile à faire pousser chez nous. Des variétés sauvages de cerises de terre poussent au Québec depuis toujours. En effet, la récolte des fruits commence au mois d’août lorsque le calice tombe par terre avec le fruit, et il en fait une multitude. Tu pourras en récolter jusqu’aux premières gelées. Ces petites baies de 1 cm de diamètre sont très utilisées dans les confitures, car c’est une plante très productive. Sous notre climat, c’est une annuelle à jolies fleurs jaunes qui pousse sous la forme de petits buissons. Pour une multiplication par semis, la cerise de terre se sème 8 à 9 semaines avant le dernier gel, donc début mars. La plante forme un petit buisson d’environ 30 à 40 cm et s’étale sur environ 1 m, alors laisse-lui de la place. C’est utile de lui fabriquer une « cage » en branches pour la tuteurer.

plante de cerise de terre

Le coqueret du Pérou

Le physalis que l’on trouve au supermarché est plus gros que la cerise de terre, et c’est de celui-ci que je vais cultiver cette année. Il est originaire d’Amérique du Sud, de la zone des Andes, notamment de la Colombie, du Pérou, de la Bolivie. Il est maintenant cultivé dans toutes les zones tropicales. On le nomme aussi « groseillier du Cap » ou « coqueret du Pérou ». Son nom de groseillier du Cap vient du fait que cette plante a été cultivée par les premiers colons du cap Bonne-Espérance avant 1807. Il est semblable à la cerise de terre, mais la plante est plus grande : elle atteint entre 90 et 180 cm de haut. Il faut la démarrer en semis maintenant, car il lui faut 90 jours pour arriver à maturité et commencer à produire ses délicieux fruits, qui mesurent environ 2 cm, au mois de septembre.

En cuisine

fruit du coqueret du Pérou

Le physalis se mange cru et cuit. On peut le retrouver sur les plateaux de fromage, de charcuterie. Il est aussi utilisé comme décoration sur les desserts, ou il peut être trempé dans du chocolat, ou être utilisé dans des tartes et des confitures. Tu peux bien sûr en faire des mousses, ou l’utiliser dans tout autre dessert à base de fruits. Tu peux aussi le préparer en condiment pour accompagner le poisson ou la viande blanche. Il peut aussi être séché : tu le trouves maintenant souvent dans les mélanges de fruits secs. Pour le conserver, il se garde dans son calice 1 mois et demi à température ambiante, mais chez moi, il n’arrive jamais à être cuisiné ou conservé, car il est tellement bon juste croqué frais qu’il fait le régale de tout le monde !

Sa culture

la fleur du coqueret du Pérou

Sa germination est assez lente, je te conseille de le semer en mini serre dès début mars pour une bonne réussite, à l’intérieur, car il lui faut une température de germination de 18-20°C. Quand tes plants auront fait leurs premières feuilles, repique-les dans des pots plus grands et garde-les dans un endroit lumineux jusqu’à leur mise en place. Tu peux les planter au jardin à la mi-mai après les derniers gels (tout comme la tomate). Au jardin, espace tes plants d’un mètre. Tu peux aussi la cultiver en pot : dans ce cas, tu installeras une plante par grand pot de 50 cm de diamètre. Si tu as une serre, cette plante s’y plaira beaucoup, mais une situation en plein soleil sera très bien également. Tu peux la protéger avec un voile pour lui créer un climat encore plus favorable en début de saison lorsque les températures sont encore fraiches chez nous. Si tu as une serre ou une véranda, installes-y ta plante en automne ; elle a besoin d’une température d’environ 15°C. Comme c’est une place vivace dans les pays chauds, tu pourras ainsi la garder d’une année à l’autre.

plante de coqueret du Pérou

Au besoin, installe aussi un tuteur ou une cage comme pour les tomates. Le physalis a surtout besoin d’un sol bien drainé, donc penses-y avant de le mettre une place. Tu peux aussi l’installer dans ton jardin d’ornements, car c’est une plante très décorative.

En conclusion

Si tu as beaucoup de soleil sur ton balcon ou dans ton jardin, c’est une plante à fruits qui change de l’ordinaire et qui t’apportera de l’exotisme dans ton alimentation. Quand tu connais le prix et l’endroit de production de ceux du commerce, tu sais que tu as tout à y gagner de le cultiver toi-même. En plus, tu auras la satisfaction gustative de manger des fruits directement cueillis sur cette jolie plante buissonnante. Pour une culture facile, choisis la cerise de terre du Québec. Si tu ne veux pas le semer, sache que tu trouves de plus en plus des plants dans le commerce pour une culture inratable. En effet, le plus difficile avec le physalis, c’est de réussir le semis et d’arriver à obtenir des plants déjà bien développés au mois de mai.

Voilà, j’espère que je t’aurai donné envie de cultiver ce petit fruit exotique ! Et si cet article t’a plu, n’hésite pas à le partager sur les réseaux sociaux. Et si tu as envie de me laisser un commentaire sur une plante que tu aimerais mieux connaître, ou si tu as des suggestions ou des critiques, clique sur le titre de l’article pour laisser un message en bas de l’article.

Merci beaucoup de m’avoir lu jusqu’au bout, et je te souhaite une belle semaine !

Cosette

Source :

https://www.aujardin.info/plantes/physalis-peruviana.php

https://jardinierparesseux.com/2017/03/12/cultivons-la-cerise-de-terre/

http://poulbot.66.over-blog.com/2013/12/le-coqueret-du-p%C3%A9rou.html

Fais donc pousser des éponges végétales biodégradables « 0 » déchets dans ton jardin ou sur ton balcon !

Connais-tu le luffa ou loufah, liane torchon, courge du hammam ou simplement éponge végétale ? Aujourd’hui je vais te parler de lui… C’est une plante bonne pour ton porte-monnaie et pour la planète. Avec tu peux faire une multitude de choses par exemple pour faire ta vaisselle et quand elle arrive en fin de vie, tu peux la mettre au compost.

éponge végétale

C’est une plante de la même famille que les concombres, les courges, les melons, les gourdes ou calebasse et les cucurbitacées. Dans le commerce, tu la trouves généralement entre 3 et 6 francs le petit bout de 10 cm, mais en vrai un luffa fait entre 30 et 60 cm de long, en sachant qu’une plante donne sous notre climat entre 4-6 fruits, tu auras des éponges pour toute l’année. C’est une liane grimpante ou rampante que tu peux aussi utiliser en couvre sol, mais je te conseils de la tuteurer pour des éponges végétales bien droites, sinon au sol les fruits seront courbés.  Il en existe environ 7 variétés dont Luffa aegyptiaca, acutangula, stropajo , operculata et cylindrica, mais pour ton jardin je te recommande Luffa cylindrica, aegyptiaca,operculata ou acutangula, car ce sont les quarte plantes comestibles de cette famille.

Le luffa a été ramené en Europe au XVIe siècle, mais était surement déjà connus en Égypte depuis longtemps, en Asie et en Amérique du Sud aussi ! Dans le commerce on le vend sous forme de chapeaux, de semelles de chaussures, de sets de table, de paillassons, de tapis de douche, de sandales, de gants et bien sûr sous forme comme d’éponges pour le bain ou la douche.

Et si tu veux en acheter, généralement les magasins zéro déchet en vendent. J’ai même vu qu’en France, un agriculteur produisait des Luffas sous serre.

1/ Plante utile

Comme éponge pour le ménage

Toutes les variétés contiennent des éponges, mais c’est luffa stropajo du Mexique qui donne les éponges les plus résistantes. Luffa cylindrica donne aussi de très bonnes éponges.

sPour avoir tes propres éponges végétales, il te faut récolter les fruits fin octobre, ils doivent être secs: c’est le cas si quand tu secoues le fruit, tu entendes les graines à l’intérieur. Sinon, cueillies les et mets-les sécher dans un endroit chaud avant les premiers gels.

Quand le fruit est sec, coupes le bout, secoues pour faire tomber les graines (pour les ressemer l’année prochaine par exemple), puis mets le à tremper quelques minutes dans de l’eau (si cela mousse un peu c’est tout à fait normal, c’est dû a la saponine que le fruit contient) et l’éponge qui est à l’intérieur devrait se détacher toute seule. D’autres personnes disent plusieurs jours. Quand j’aurai récolté mes luffas, je testerai; et si tu fais de même, donne-moi des nouvelles dans les commentaires.

préparation du luffa

Pour rendre tes éponges plus blanches, tu peux les bouillir à l’eau et, pour encore plus de blancheur les exposer au soleil. Une fois sèche, l’éponge obtenue se conserve jusqu’à utilisation. Tu n’as plus qu’à couper des rondelles ou l’ouvrir pour avoir une éponge plus plate. Observe-la bien car il y a des fibres plus fines que d’autres à certains endroits. Tu peux utiliser celle-ci de différentes manières. Par exemple, tu réserveras les parties les plus fines pour une éponge exfoliante pour le visage. Tu peux même coudre deux rectangles de la dimension désirée pour obtenir une éponge plus sophistiquée, et même la fixer sur un bout de bois pour obtenir éponge a verre ou à bouteille. Ou tu peux simplement lui rajouter une ficelle en matières naturelles pour la suspendre.

Avec cette éponge, tu peux aussi nettoyer les revêtements antiadhésifs car elle n’ait pas abrasive, le verre, la porcelaine, la salle de bain, les sols, et l’utiliser comme brosse à vêtements. Bref, tout comme les éponges que tu peux trouver au magasin. En plus, elle est biodégradable: du bonheur quoi. Essore-la bien et sèche ton éponge entre les utilisations. Quand elle est sale, il suffit de la laver en machine à 60°. Et quand elle arrive en fin de vie, hop au compost !

Si tu parles un peu l’espagnol et que tu as envie de faire tes propres objets vas jeter un oeil sur Pinterest ; plein de personnes ont de bonnes idées de crafts à faire sois-même avec le luffa.

Comme filtre

Il parait qu’en Afrique, ils utilisent le luffa pour filtrer l’eau, le vin de palme, et même comme filtre dans les moteurs. Donc tu peux aussi l’utiliser comme filtre pour les liquides par exemple , un petit bout que tu peux enfiler sur ta théière pour filtrer ton thé, ou peut-être même comme filtre à café, tout dépend de la finesse des fibres. Je testerai cette idée quand j’aurais récolté les miennes si tu as déjà essayé partage ton expérience avec nous dans les commentaires, c’est toujours sympa.

fruit du luffa cylindrica

Comme égoutte savon

Super pratique pour poser ton savon et lui permettre de s’égoutter que se soit à la cuisine ou à la salle de bain, et quand tu veux nettoyer ton évier, tu n’as qu’à la prendre, elle aura déjà tout le savon qu’il te faut.

Et aussi comme éponge pour le corps

Comme éponge ou gant de crin, elle exfolie en douceur la peau et l’adoucit, stimule la circulation sanguine et réduit la formation de capiton graisseux. Cette éponge est souvent utilisée avant une épilation. Il faut la mouiller avant utilisation et ne pas l’utiliser plus de 2 fois par semaine. Tu peux l’utiliser telle quelle ou en fabriquer un gant, un gratte dos, etc. Toujours veiller à bien essorer et à la faire sécher après usage, et la laver à 60°C en machine si besoin.

On la voit aussi souvent moulée dans des savons ou incorporée dans ceux-ci sous forme de poudre pour un léger gommage. D’ailleurs tu peux te préparer un gommage un passant un luffa au mixer et en utilisant cette poudre mélangée a un peu d’huile de ton choix pour le réaliser. Ce gommage est bien meilleur pour la planète; ceux du commerce contiennent en effet souvent du plastique pour pbtenir cet effet-là, et ce plastique finit dans la mer… Sais-tu que le célèbre explorateur Mick Horn, a traversé dernièrement le continent de plastique pendant de son tour du monde et qu’il lui a fallu 2 semaines pour y arriver ?

Pour le visage

Oui, mais bien choisir le luffa le plus fin, et pense à le mouiller avant. Personnellement, je ne l’utiliserai pas tous les jours, enfin si tu en as déjà utilisé sur le corps, tu sais de quoi je parle.

Comme brosse a ongle

À la place de racheter une brosse a ongle quand la tienne sera bonne pour la poubelle, pense à utiliser un bout de ton luffa !

Pour tes arrangements de fleurs

Eh oui, tu connais cette mousse verte dans laquelle on pique les fleurs? Et bien, utilise un luffa a la place pour une alternative naturelle. Cela est aussi idéal pour tout tige que tu veux faire tenir droite dans un vase.

Comme tampon

Si tu veux faire des tampons à utiliser avec de la peinture, découpe des formes dans un luffa, sa texture donne de jolis effets.

Et aussi :

  • À utiliser comme abat-jour pour une lampe LED, ou autour d’un pot pour changer ta déco;
  • Pour amoindrir le choc lors de transport ou d’envois par la poste;
  • Comme mousse pour l’acoustique ;
  • À tester pour faire germer des graines en remplacement des disques de coton;
  • Comme rembourrage pour l’ameublement.
fruits sec de luffa

2/Plante alimentaire

Les jeunes pousses, les feuilles, les boutons floraux mâles (en beignet comme pour les fleurs de courgette), les fleurs et les jeunes fruits de moins de 12 cm environ peuvent se manger crus ou cuits, sautés comme en Asie. Au japon, ils le conservent coupés et séchés. Les tiges se cuisinent dans les ragouts. Les graines peuvent être torréfiées et sont comestibles.D’ailleurs, on les pressent pour obtenir une huile comestible riche en acides gras essentiels, mais elle est surtout utilisée en cosmétologie pour ses propriétés réparatrices et nourrissantes.

3/ Plante médicinale

En médecine traditionnelle la racine et les graines sont utilisée pour leurs propriétés purgatives et diurétique. Les feuilles sont utilisées pour favoriser la guérison des plaies et la maturation des abcès, les œdèmes, les hémorroïdes, l’asthme, le zona, la lèpre mais aussi le paludisme, la coqueluche, les maux d’estomac, et pour déclencher l’accouchement.

Le fruit est utilisé pour soigner les tumeurs, comme purgatif et pour soigner les œdèmes. Les graines auraient des propriétés émollientes et vermifuges. C’est d’ailleurs généralement l’huile des graines qui est utilisée pour traiter les problèmes cutanés.

En Asie, c’est la cendre de luffa qui est utilisée pour soigner la jaunisse, les maux de dent et les hémorragies.

4/ Comme plante ornementale

fleur de luffa cylindrica

Si tu as une pergola, un treillis, un vis-à-vis a cacher qui se situe au plein soleil, fais pousser des plantes de luffa, car elle fait de belles fleurs jaune doré et a un beau feuillage en plus de nourrir les abeilles, les papillons et divers insectes.

Au jardin

Chez nous le luffa est cultivé comme une annuelle. Si tu veux avoir des fruits, je te conseille de semer cette plante début mars en mini serre à l’intérieur, car la température idéale de germination est de 20 à 30 °C. Repique-la lorsqu’elle a 2-3 vraies feuilles dans des petits pots individuels, puis acclimate tes plants pendant 2 jours en les sortant et en les rentrant le soir, avant de les planter en pleine terre après la mi-mai car c’est une plante gélitive.  Protège-les avec de la cendre ou des coquilles d’œufs pilées car les limaces apprécient les jeunes plants. Si tu as une serre, ta plante de luffa sera mieux là, sinon mets-la en plein soleil. Une plante suffit pour avoir des fruits, mais le mieux c’est de planter 2 à 3 plants assez rapprochés, de 0,5 m à 1 m de distance pour une bonne pollinisation. Cette plante aime les sols riches mais sablonneux. Si elle devient plus haut que sont tuteur, pense à la pincer pour qu’elle fasse plus de ramifications.

pousses de luffa

Si tu la cultive en pot: installe une plante par pot de minimum 20 litres et pense à lui mettre un tuteur pour qu’elle puisse grimper. Si tu as un balcon bien orienté au soleil, c’est parfait, pense jsute à l’arroser.

En conclusion

Une plante comme je les aimes! Elle est vraiment multi-usage et te permettra de faire un pas de plus vers l’autonomie, ou une vie plus verte. Pour ma part je vais en semer pour pouvoir profiter de tout ce que cette plante peut offrir. Et toi dis-moi dans les commentaires si je t’ai donné envie d’en cultiver cette année !

Si cet article t’a plu, pense à cliquer “j’aime” sur le bouton Facebook et à le partager avec tes amis sur les réseaux sociaux.

À tout bientôt pour une nouvelle découverte et d’ici la porte toi bien !

Sources :

https://uses.plantnet-project.org/fr/Luffa_cylindrica_(PROTA)

www.1ruche3pintades.ovdr-blog.com

www.littlesproutslearning.co