L’incontournable basilic en 5 points

basilic genovese

Aujourd’hui, je vais te parler d’une plante aromatique incontournable de la cuisine en été ! le basilic : rien que de prononcer son nom, cette plante nous évoque le soleil de l’été… il en existe plus de 160 variétés, bien que chez nous, nous en connaissions une petite dizaine, en commençant par le basilic Genovese ou basilic à grande feuille (qui nous vient d’Italie), le basilic citron, le basilic thaï, le basilic cannelle, le basilic grecque à petite feuille, le basilic au gout d’anis, le basilic pourpre, le basilic sacré,… Et même un basilic mammouth à très grande feuille !

Tous ont des saveurs différentes. Je vais cependant te parle du basilic Genovese, car c’est lui la star en Europe. Tu peux trouver les autres variétés en jardinerie ou sous forme de semences. Ton choix sera ainsi plus grand.

basilic grec

Le basilic (Ocimum basilicum) ou de ses autres noms basilic Genovese, basilic commun, basilic aux sauces, herbe royale ou grand Basilic, est une plante connue depuis longtemps. Elle est originaire d’Afrique ou d’Asie pour d’autres variétés. On estime qu’elle est arrivée en Italie au IIe siècle, en passant d’abord par l’Egypte il y a environ 4000 ans. De là elle se serait répandue en Europe, mais tranquillement, car son arrivée en Angleterre daterait seulement du XIVe siècle.

Le basilic est une plante vivace, mais gélive ; en dessous de 10°C, ses feuilles brunissent déjà. Si tu possèdes une véranda et que tu cultives ton basilic en pot, tu peux le conserver 2 ans, voir peut-être plus. Chez moi, en appartement, j’ai tenté l’expérience, mais après 2 ans de bon et loyaux services, il a malheureusement rendu l’âme, peut-être dû à un manque de lumière ou à un surplus d’eau, car il faut très peux l’arroser durant l’hiver. Dans tous les cas, les basilics en climat chaud sont des vivaces. Selon les variétés, la taille de cette plante varie de 30 cm à 60 cm de haut et de 20 cm à 40 cm de large.

1/ Plante alimentaire

Tout le monde connait et adore le basilic ! il rend ta sauce tomate savoureuse, ta salade exquise et en pesto, il se suffit à lui-même ! il n’y a qu’à voir le rayon des plantes aromatiques au supermarché pour voir à quel point il est partout présent !

graines de basilic

Je ne vais pas m’étendre sur ses emplois en cuisine, mais plutôt te donner une astuce si tu en as acheté une botte et qu’il t’en reste : mets ses tiges dans de l’eau et place-les dans un endroit lumineux. En quelques jours, tu pourras voir des petites racines apparaitre : bravo, tu as réalisé une bouture de basilic ! Il ne te reste plus qu’à la planter dans un pot (une plante par pot de 25-30 cm enrichi en compost) et tu auras une plante de basilic chez toi ! Cette technique est beaucoup plus facile que le semis, je te la recommande si tu débutes en jardinage.

plantules de basilic

Pour en avoir toute l’année, tu peux conserver le basilic sous forme de pesto (feuilles hachées dans de l’huile d’olive) au congélateur. Je ne te conseille pas de le garder sous forme séchée, car je trouve qu’il perd sa saveur.

Ses graines sont aussi aromatiques ; donc si tu laisses fleurir ton basilic, attends qu’il fasse des graines, et récolte-les soit pour les ressemer l’année prochaine, soit pour parfumer tes plats. Ou tu peux en faire des graines germées ou des micro-pousses. Pour les graines germées, la graines de basilic est mucilagineuse, donc utilise un germoir adapter.

2/ Plante utile

basilic cannelle en bouton

Le basilic est une plante répulsive, c’est-à-dire qu’elle éloigne les insectes, plus particulièrement les moustiques ! Tu peux en mettre un pot sur ta fenêtre : les meilleures variétés pour cela sont le basilic citron et le basilic cannelle. Personnellement, j’utilise le basilic Genovese : en été, quand vient le soir sur la terrasse, je frotte simplement une feuille sur ma peau pour éloigner les moustiques… Et en plus, tu sentiras le basilic ! C’est un peu spécial, mais ça fonctionne et c’est naturel.

basilic citron

Plante-le aussi au jardin près de tes plantes de tomates. C’est une très bonne association potagère pour éviter le mildiou et utiliser l’espace au pied de tes tomates. Par ailleurs, il parait que d’en planter au pied des tomates améliore la saveur de celles-ci.

C’est aussi un répulsif pour les mouches comme les mouches blanches, les mouches de la carotte, les criocènes de l’asperge et les aleurodes. Planter le basilic près des plantes sensibles à ces insectes, ou en faire une infusion et la pulvériser.

3/ Plante médicinale

C’est une plante qui est bonne pour la digestion : tu peux faire de la tisane et la boire après un repas, ou si tu te sens barbouillé, en manger simplement une feuille ou deux. Cette plante est aussi très bonne pour la vision, pour réduire le stress ou pour favoriser la lactation chez les femmes allaitantes. Elle est aussi calmante et bonne pour faire disparaitre les migraines. Si tu veux en savoir plus, voici un site ( https://www.altheaprovence.com/cazin/basilic-ocymum-basilicum/ ) que je trouve intéressant.

4/ Plante ornementale

basilic Opale

Avec ses belles couleurs allant du vert printemps au plus profond des pourpres, tu peux très bien l’utiliser comme ornementale. Elle porte aussi de jolis épis de petites fleurs, allant du blanc au rose clair, pour le plaisir des yeux.

5/ plante mellifère

basilic en fleurs

Ses jolies petites fleurs mellifères attirent plein d’insectes et favorisent ainsi la pollinisation de tes fruits et légumes et attire une bonne biodiversité dans ton jardin.

Au jardin

tige de basilic avec graines

Sème ton basilic à l’intérieur en mars ou en avril, dans une mini serre et n’arrose-le pas trop. Au bout d’environ 8 jours, tu devrais les voir apparaitre. Tu pourras planter tes plants de basilic au jardin dès la mi-mai, après les gelées. Habitue-les à l’extérieur avant de les sortir définitivement et de les planter. Si tu achètes une plante dans le commerce, sache qu’il n’y en a pas qu’une dans ton pot, mais une multitude, et sépare-les ! il faut espacer les plantes de minimum 10 cm, mais l’idéal serait de laisser 30 cm dans tous les sens. Tu peux bien évidemment le cultiver dans des bacs à fleurs ou dans des pots de 25-30 cm de diamètre. En pot, pense à l’arroser souvent ; le mieux c’est d’utiliser un pot avec une réserve d’eau. Sinon, au jardin, pense à l’associer à la tomate.

Si tu veux en avoir beaucoup, récolte-le régulièrement ; car plus tu le récoltes, plus cette plante fera de nouvelles pousses. Si tu laisses tes plantes de basilic fleurir, tu n’auras plus de feuilles à récolter ! Mais tu peux en laisser une fleurir pour pouvoir récolter des graines pour l’année prochaine. Dans ce cas, fais attention, car dès que les graines sont mures, elles tombent au sol. Coupe donc les tiges juste avant et mets sécher sur un tamis très fin.

En conclusion

C’est une plante facile, que tu habites en ville ou à la campagne, il te suffit d’avoir plus de 5 h de soleil par jour. En outre, si tu disposes d’une fenêtre avec beaucoup de soleil en hiver, tu peux garder ta plante de basilic à l’intérieur ; si tu réussis, tu auras du basilic frais tout le temps en récompense. Tu pourras manger plus sainement si tu enrichis ta terre de façon naturelle, par exemple avec ce fertilisant liquide que j’utilise régulièrement pour mes plantes d’intérieur.

Voici la recette pour en faire : récupère une peau de banane, une coquille d’un œuf utilisé en cuisine et du marc de café. Mets tout cela dans un grand bocal d’environ 1 litre, couvre d’eau et attends le lendemain (ou 48 h). Ensuite, filtre ce mélange et ajoutes-en à ton eau d’arrosage pour nourrir tes plantes.

J’espère avoir fait le tour de cette plante. Si tu as des questions, tu peux toujours me laisser un commentaire, et si cet article t’a plu, n’hésite pas à le partager sur tes réseaux sociaux ou à t’abonner pour recevoir ma newsletter chaque semaine gratuitement. Merci à toi et passe une belle semaine !

Installe le crosne du Japon, un légume perpétuel oublié, pour ces 4 bonnes raisons

récolte de crosnes du Japon

Aujourd’hui, je vais te parler d’une plante oubliée, ou presque, que j’ai trouvé au marché à Berne l’année passée et que j’ai planté dans mon jardin, qui pousse sans entretien et qui est vraiment facile.

Je t’en parle maintenant, car si tu veux en faire pousser, le bon moment de l’implanter dans ton jardin en permaculture ou sur ton balcon est à la fin de la saison de récolte, c’est-à-dire au printemps.

Le crosne du Japon ou « Stachys affinis » serait originaire de la Chine. Il aurait ensuite été cultivé au Japon avant d’arriver en France en 1882 où il a été cultivé pour la première fois dans la ville de Crosne, d’où cette plante tire son nom. À la fin du XXe siècle, le crosne du Japon tombe dans l’oubli et il réapparait maintenant peu à peu sur les marchés. Les Anglais l’appellent Chinese artichoke (c’est-à-dire artichaut chinois).

Cette plante fait partie de la famille des lamiacées, comme la menthe, la mélisse ou l’ortie par exemple. D’ailleurs, elle forme de petites touffes qui ressemblent à une plante de menthe. C’est un légume vivace qui donne de petits tubercules rigolos en forme de chenille !

Ses tubercules se forment en fin d’été quand la longueur d’ensoleillement des journées se raccourcisse. Ses tiges poussent de 30 cm à 60 cm de hauteur.

Choisis bien son emplacement, car une fois installée, elle repart des rhizomes oubliés lors de la récolte, d’où sa réputation d’envahisseuse. Elle est favorable à faire une couverture de sol à long terme, tout en produisant de bons légumes.

1/ plante pour la biodiversité

fleur de crosne du Japon

Le crosne du Japon fait de jolies petites fleurs blanches, mais plus souvent rose, et comme elle fait partie des lamiacées, elle est mellifère. Cependant, sous nos latitudes suisses, ce n’est pas à une floraison extraordinaire que tu dois t’attendre.

2/ plante alimentaire

Ces tubercules ont un goût fin, qui rappelle la noisette. Ils sont tout aussi délicieux crus ou cuits, en salade ou en gratin. Pour ma part, je les aime juste poêlés pendant 10 minutes avec un peu d’ail dans du beurre.

Pour les préparer, beaucoup de personnes les frottent dans un linge avec du sel avant de les rincer, pour ma part, je te conseille de les mettre dans de l’eau et de simplement les frotter avec une brosse entre les petits renflements.

Comme les crosnes se conservent très mal, récolte-les dans ton jardin à mesure de tes besoins.

Le crosne du Japon est riche en protéines et en divers minéraux.

racines de crosnes du Japon

3/ plante couvre-sol

C’est un très bon couvre-sol, qui peut par exemple être utilisé comme couvre-sol dans le jardin forêt, entre des arbustes à petits fruits tels que les raisinets, les cassis ou les groseilliers.

crosnes du Japon en fleurs

4/ plante à paillage

Pour avoir des tubercules plus gros, tu peux couper plusieurs fois les tiges et les utiliser comme paillage directement au pied de la plante.

Au jardin

Le crosne du Japon se plante à l’automne, ou mieux au printemps de février à avril, en poquets de 3 ou 4 rhizomes, à 10 cm de profondeur dans une terre riche. Espace les tubercules d’environ 40 cm, car elle pousse vite en grosse touffe. Si tu les cultives dans ton potager, espace les lignes de 60 cm, paille-les et butte-les au mois de juin pour une plus grosse récolte. Cela n’est cependant pas une obligation, car si tu la laisses se débrouiller, tu vas quand même pouvoir en récolter une belle quantité. C’est une plante qui pousse très bien à l’ombre, mais qui a quand même besoin d’en peu de soleil pour bien prospérer. Si le sol est frais et humide, la plante s’en porte que mieux. Donc le crosne du Japon pousse bien, même dans un milieu où plein de légumes ont de la peine avec un faible ensoleillement et une terre toujours un peu humide.  Tu peux couper plusieurs fois les tiges pour récolter des tubercules plus gros. Ou laisser la nature faire et laisser le crosne du Japon fleurir pour nos amis les insectes.

crosne du japon

Tu peux bien sûr le cultiver dans un grand pot dont la profondeur minimum devra être de 15 cm.

Dès l’automne, en novembre tu peux récolter les tubercules, et ceci pendant tout l’hiver, jusqu’en mars ou avril. Protège l’emplacement avec du paillage ou une couverture pour pouvoir les récolter quand la terre devient dure. Note aussi où tu les as mis, car tout le feuillage disparait. Pour toujours en avoir, il te faut laisser quelques rhizomes en terre, mais généralement cela se fait tout seul, car c’est facile d’en oublier lors de leur récolte.

En conclusion

jeune plant de crosne du Japon

C’est un légume fin et délicat que personnellement j’apprécie beaucoup et qui en plus a une double fonction dans un jardin en permaculture. Et, si tu as un balcon ou une terrasse, tu peux aussi le cultiver, par exemple, dans un grand pot ou une jardinière : installe un groseillier et, à son pied, tu peux cultiver des crosnes à 3 places, ainsi que 3 plants de tournesols dans le bord du pot ou (à la place des tournesols) utiliser des tuteurs et y semer des haricots d’Espagne (3 graines) au pied de chacun d’entre eux pour utiliser la verticalité.

permaculture design pot avec crosnes du japon

Si mon article t’a plu, tu peux t’inscrire à la newsletter pour que je t’informe chaque semaine de la parution d’un nouvel article, ou tu peux le partager sur les réseaux sociaux ou me laisser un commentaire.

Je te souhaite une belle semaine et beaucoup de plaisir à jardiner. J’espère te retrouver la semaine prochaine pour une nouvelle découverte verte.

10 Bonnes raisons de cultiver le tournesol chez toi

tournesol red velvet

Salut ami des plantes ! Aujourd’hui, je vais te parler d’une plante que tout le monde connait, au moins visuellement et aussi pour son huile alimentaire : le tournesol. De culture facile, cette plante qui traverse les époques depuis très longtemps a toutefois bien d’autres cordes à son arc !

Pour commencer un peu d’histoire, le tournesol, Helianthus annuus, dont le nom signifie fleur de soleil, a été introduit en Europe au XVIe siècle comme plante ornementale, et c’est les Russes qui sont les premiers à cultiver le tournesol pour son huile vers 1840.

Le tournesol est originaire d’Amérique du Nord, où les plantes sauvages très ramifiées peuvent parfois recouvrir des milliers d’hectare de prairie. Les archéologues ont aussi trouvé des graines qu’ils datent à plus de 4100 ans avant J.-C. au Mexique.

Il en existe pu de 60 variétés, dont :

  • Les variétés cultivées pour leurs graines : elles peuvent attendre 6 mètres de hauteur, et leur fleur peut atteindre 80 cm de diamètre et donner des graines jusqu’à 2,5 cm de longueur. Ces sortes-là ont généralement qu’une seule tige.
  • Les variétés cultivées pour leurs fleurs sont ramifiées avec des fleurs plus petites, mais très colorées, simples ou doubles.

C’est une plante fascinante pour ses nombreux emplois et pour sa fleur, dont les akènes sont organisés d’après le nombre d’or… De là à dire que cette plante vaut de l’or, il n’y a qu’un pas.

1/ Plante facile à cultiver

Même si tu débutes en jardinage, tu la dompteras facilement ! c’est une plante très facile à cultiver.

2/ Plante pour la biodiversité

tournesol géant

Le tournesol est mellifère, les abeilles l’adorent. La fleur contient du nectar et du pollen en abondance.

Si tu veux attirer divers oiseaux chez toi, dont les mésanges mangeuses de chenille pour protéger ton jardin, sème des tournesols ! Laisse les fleurs pleines de graine sur place ou cueille-les et quand elles sont sèches, cloue-les sur le dessus d’un piquet en bois coupé en biais pour que l’eau puisse s’écouler.

3/ Plante alimentaire

Toutes les sortes de tournesol sont comestibles, cependant les variétés à graines te donneront des graines plus grandes et en plus grande quantité, c’est la seule différence.

Les graines de tournesol contiennent des protéines, des vitamines du groupe B , A, et E, ainsi que des minéraux comme le calcium, le sélénium, le phosphore, le manganèse, le cuivre, le fer, le souffre, et le potassium et des acides gras essentielles.

Pour décortiquer les graines récoltées, tu peux le faire à la manière des amérindiens : les enfermer dans un sac, les battre ou les écraser avec un rouleau à pâtisserie par exemple, puis les mettre dans de l’eau ; les coques vides flottent et les graines coulent, ce qui te permet de les récupérer et de les mettre sécher avant de les stocker !

bouton de tournesol

Les pousses, la tige et les boutons de tournesol sont comestibles. Ces derniers d’ailleurs étaient très appréciés au XVIIe siècle. Cueillir les boutons sur les pousses latérales et les apprêter comme les artichauts, à la vapeur et les servir avec de l’huile d’olive, du sel, du poivre et un filet de jus de citron ou avec une vinaigrette.

Les pétales du tournesol sont aussi comestibles et tu peux les mettre dans la salade, pour décorer les plats et dans tes thés.

Les pétales séchés peuvent aussi être utilisés comme colorant alimentaire jaune ; si tu as une variété à pétales pourpres, ça te fera un colorant alimentaire pourpre.

À tester comme chewing-gum naturel : les enfants des Amérindiens mâchent la moelle située à l’intérieur de la tige.

Les graines se consomment de l’entrée au dessert, natures ou grillées, ou dans du pain par exemple. Tu peux même en faire du fromage végétal. Si tu torréfies les graines et les mous, tu peux les utiliser comme succédané de café. Et si tu es vraiment motivé, tu peux faire ton huile de tournesol en pressant les graines décortiquées.

micro-pousse de tournesol

Tu peux aussi en faire des graines germées ou même des micro-pousses pour ajouter de la verdure à tes salades pendant tout l’hivers.

4/ Plante utile

Les Amérindiens employaient ses tiges sèches pour la construction, la vannerie et les tissus. Les Indiens Hopi utilisaient les graines violettes d’une variété de tournesol comme teinture pour les textiles et les vanneries.

Recette de teinture jaune à cuivre : 10 l d’eau à faire bouillir avec 5 fleurs jaunes pendant 10 min et laisser reposer 12 h. Filtrer et tremper de la laine mordancée avec de l’alun à 2 % pendant 24 h.

Les tiges et les fleurs séchées (vidées de leurs graines) servent aussi de combustible. Les tiges peuvent servir à faire du papier. Dans l’industrie, tu commences à trouver des plaques isolantes en tiges de tournesol. On fait aussi du biocarburant avec le tournesol.

graines de tournesol

Et il parait que les coques des graines sont riches en pectine, donc pour faire des confitures… à tester.

En Amérique du Sud, les feuilles de tournesol sont séchées et roulées pour les fumer. Les feuilles de tournesol peuvent être intégrées dans tes mélanges de plantes à fumer.

5/ Plante ornementale et brise-vue

Les fleurs de tournesol suivent le soleil avant leur floraison, donc si tu veux observer ce phénomène, regarde tes tournesols avant que les fleurs s’ouvrent, car après, les fleurs restent en place. Elles fleurissent de juillet à septembre. Pour les couleurs, tu en trouves des jaunes clairs jusqu’à des pourpres très foncés, à fleur simple ou double.Si tu as un vis-à-vis ou une mini haie rapide à faire, mets des tournesols ! Ils poussent vite. Si tu as un balcon, le tournesol pousse bien en pot ; mets-en un par pot que tu choisis d’après la grandeur du tournesol à la floraison (entre 30 cm et 50 cm de diamètre).

6/ Plante fourragère

Toute la plante, mais surtout les feuilles, est une plante fourragère pour les lapins, les cochons d’Inde…

Les graines peuvent être données aux poules : celles-ci pondent mieux après en avoir consommé.

7/ Plante à Biomasse

En fin de saison, tu peux hacher les tiges et les utiliser comme paillage pour ta culture suivante.

8/ Tuteur vivant

Tu peux te servir des tournesols comme de tuteurs pour tes plantes, par exemple pour un plant de tomate, avec un haricot ou une ipomée pour le fixer à son tuteur ! Ou encore pour les grimpantes comme les concombres.

9/ Plante dépolluante, drainante et permettant d’améliorer le sol

  • Grâce à ses profondes racines qui aèrent ton sol, celui-ci peut mieux respirer et sa qualité s’améliore.
  • Les plantes de tournesol sont aussi de vraies pompes à eau : si tu as besoin d’enlever de l’eau de ton terrain, tu peux donc en semer en grande quantité.
  • Les racines s’enfoncent jusqu’à 10 m de profondeur et fixent les nitrites, la radioactivité et le plomb. (Les plantes utilisées pour dépolluer le sol doivent être coupées et brulées après usage.)
graines décortiquées

10/ Plante pour la beauté

L’huile de tournesol est très bonne pour la peau et les cheveux ; elle régénère les peaux agressées et les cheveux abimés.

Au jardin

La culture du tournesol s’étale sur 70 à 100 jours. Tuteure-les s’ils sont exposés au vent. Pour les variétés à grosses fleurs, espace bien tes plantes.

plant de tournesol

À semer sous abri ou à l’intérieur en mars-avril et repiquer à l’extérieur après les saints de glaces, à la mi-mai. Tu peux aussi semer directement à la mi-mai, mais fais attention aux limaces, elles adorent les jeunes pousses, c’est pour cela qu’une culture en godet ou mini pot est conseillée.

Arrose si besoin, sinon admire !

Pour garder ses semences : les tournesols ont besoin d’une autre plante de tournesol pour donner des graines, donc, juste avant la floraison il te faut choisir 2 fleurs sur 2 plantes différentes, l’une à côté de l’autre et mets ces fleurs dans des sacs en papier. Puis pendant les 5-10 jours que dure la floraison, tu passes une fois par jour et « frottes » ses deux fleurs l’une contre l’autre, puis remets-les dans les sachets. Tu auras la même variété de tournesol que tu as semé l’année prochaine. Autrement, laisse la nature faire et tu pourras avoir des surprises, car tes tournesols peuvent être fécondés par d’autres, situés jusqu’à 5 km de distance !

La récolte :

tête de tournesol prête à récolter

Dès que tous les pétales sont tombés, tu peux couper la « tête » de tes tournesols pour la mettre à sécher, fleurs contre en haut. Quand c’est sec, tu peux frotter avec tes mains ou frotter les capitules sur un grillage pour faire tomber les graines, puis fait les biens sécher, pense à les remuer si tu en as beaucoup et quand elles sont bien sèches, tu peux les stocker.

en conclusion

Voilà, j’espère que je t’aurai donné envie de cultiver du tournesol pour ses emplois mais aussi pour la beauté de ses fleurs qui nourrissent une foule d’insectes et de petits animaux !

Si cet article t’a plu, n’hésite pas à le partager sur les réseaux sociaux. Et si tu as envie de me laisser un commentaire sur une plante que tu aimerais mieux connaître, ou si tu as des suggestions ou des critiques, clique sur le titre de l’article pour laisser un message dans les commentaire en bas de l’article.

A la semaine prochaine pour une nouvelle plante a découvrir!

Sources :

https://blog.kokopelli-semences.fr/fiches-techniques/tournesols/

https://tournesol-oc-sully.jimdo.com/tournesols/documents/

Le physalis, de l’exotisme dans ton jardin ou sur ton balcon

physalis ou coqueret du Pérou

Tu en as surement déjà vu dans ton magasin ou en décoration dans les recettes de cuisine, c’est un petit fruit au gout indescriptible, entre la groseille et l’ananas. Mes enfants en raffolent et cette année, j’aimerais en faire une belle récolte. Il y a 3 ans, j’en avais semé tard dans la saison, et je n’avais pas eu beaucoup de fruits. Si tu veux faire une belle récolte je te conseille de semer maintenant ou d’acheter un plant bien développé à la mi-mai. Pour avoir des fruits, il faut compter 3 mois et du soleil, car le physalis fait partie de la grande famille des solanacées, comme la tomate et l’aubergine pour ne citer que les plus connus.

Il en existe plus de 90 variétés, du physalis Alkékenge (Physalis alkekengi), connu chez nous depuis le néolithique, au coqueret du Pérou (Physalis peruviana) dont les fruits sont les plus gros des variétés jaune-orangé, en passant par la cerise de terre du Québec (Physalis pruinosa) qu’ils connaissent là-bas depuis longtemps. Dans la même famille, tu trouves la tomatille ou le tomatillo (Physalis philadelphica) ; d’une couleur vert-violet, il est plutôt utilisé comme aubergine dans les salsas mexicaines, mais il pousse aussi chez nous. Le physalis est riche en vitamines et en antioxydants.

Voici les 3 plus connus chez nous

L’amour en cage

fruit de physalis Alkékenge

Le physalis Alkékenge a plusieurs noms, dont « lanterne japonaise » ou « amour en cage ». Tu en as surement déjà vu dans les jardins de nos grand-mères. C’est une plante vivace et rhizomateuse, donc fais attention où tu l’installes, car elle peut s’étendre jusqu’à devenir envahissante. Ses fruits, qui sont petits, sont comestibles, mais seulement à maturité. C’est le cas quand le fruit est bien rouge et que le calice rouge oranger est devenu très fin et laisse apparaitre le fruit. Comme tous les fruits de physalis, ce fruit est toxique avant d’être mûr (désagréments intestinaux). Cette plante est une solanacée comme la tomate donc cela se comprend et cela vient de là que beaucoup de personnes disent qu’il ne faut pas la consommer. Les fleurs sont de couleur blanche ou crème, et le fruit arrive à maturité vers le mois d’octobre. Il est plus acidulé que les autres physalis. D’ailleurs, cette variété est beaucoup utilisée pour ses qualités ornementales, par exemple pour faire de beaux bouquets secs. C’est aussi une plante médicinale, utilisée pour traiter la goutte et les œdèmes. Elle est diurétique, laxative, dépurative et sédative. Ce sont les baies qui sont utilisées en infusion ou en décoction.

plante de physalis Alkékenge

Cette petite baie est riche en vitamines C et s’utilise en cuisine comme les autres physalis, crue ou cuite, dans les salades de fruits ou les confitures par exemple. Si tu veux récolter des baies un peu plus grosses que celle qui sont connues chez nous depuis des temps immémoriaux, je te conseille la variété Physalis alkekengi ‘franchetii’, originaire du Japon. Sème-la en mars, puis installe la en plein soleil dans une terre fertile, après quelques arrosages la première année c’est une plante qui ne te demandera pas d’entretien particulier.

La cerise de terre

fleur de cerise de terre

La cerise de terre du Québec (Physalis pruinosa) est la variété qui est meilleure gustativement que le physalis Alkékenge. C’est aussi la plus facile à faire pousser chez nous. Des variétés sauvages de cerises de terre poussent au Québec depuis toujours. En effet, la récolte des fruits commence au mois d’août lorsque le calice tombe par terre avec le fruit, et il en fait une multitude. Tu pourras en récolter jusqu’aux premières gelées. Ces petites baies de 1 cm de diamètre sont très utilisées dans les confitures, car c’est une plante très productive. Sous notre climat, c’est une annuelle à jolies fleurs jaunes qui pousse sous la forme de petits buissons. Pour une multiplication par semis, la cerise de terre se sème 8 à 9 semaines avant le dernier gel, donc début mars. La plante forme un petit buisson d’environ 30 à 40 cm et s’étale sur environ 1 m, alors laisse-lui de la place. C’est utile de lui fabriquer une « cage » en branches pour la tuteurer.

plante de cerise de terre

Le coqueret du Pérou

Le physalis que l’on trouve au supermarché est plus gros que la cerise de terre, et c’est de celui-ci que je vais cultiver cette année. Il est originaire d’Amérique du Sud, de la zone des Andes, notamment de la Colombie, du Pérou, de la Bolivie. Il est maintenant cultivé dans toutes les zones tropicales. On le nomme aussi « groseillier du Cap » ou « coqueret du Pérou ». Son nom de groseillier du Cap vient du fait que cette plante a été cultivée par les premiers colons du cap Bonne-Espérance avant 1807. Il est semblable à la cerise de terre, mais la plante est plus grande : elle atteint entre 90 et 180 cm de haut. Il faut la démarrer en semis maintenant, car il lui faut 90 jours pour arriver à maturité et commencer à produire ses délicieux fruits, qui mesurent environ 2 cm, au mois de septembre.

En cuisine

fruit du coqueret du Pérou

Le physalis se mange cru et cuit. On peut le retrouver sur les plateaux de fromage, de charcuterie. Il est aussi utilisé comme décoration sur les desserts, ou il peut être trempé dans du chocolat, ou être utilisé dans des tartes et des confitures. Tu peux bien sûr en faire des mousses, ou l’utiliser dans tout autre dessert à base de fruits. Tu peux aussi le préparer en condiment pour accompagner le poisson ou la viande blanche. Il peut aussi être séché : tu le trouves maintenant souvent dans les mélanges de fruits secs. Pour le conserver, il se garde dans son calice 1 mois et demi à température ambiante, mais chez moi, il n’arrive jamais à être cuisiné ou conservé, car il est tellement bon juste croqué frais qu’il fait le régale de tout le monde !

Sa culture

la fleur du coqueret du Pérou

Sa germination est assez lente, je te conseille de le semer en mini serre dès début mars pour une bonne réussite, à l’intérieur, car il lui faut une température de germination de 18-20°C. Quand tes plants auront fait leurs premières feuilles, repique-les dans des pots plus grands et garde-les dans un endroit lumineux jusqu’à leur mise en place. Tu peux les planter au jardin à la mi-mai après les derniers gels (tout comme la tomate). Au jardin, espace tes plants d’un mètre. Tu peux aussi la cultiver en pot : dans ce cas, tu installeras une plante par grand pot de 50 cm de diamètre. Si tu as une serre, cette plante s’y plaira beaucoup, mais une situation en plein soleil sera très bien également. Tu peux la protéger avec un voile pour lui créer un climat encore plus favorable en début de saison lorsque les températures sont encore fraiches chez nous. Si tu as une serre ou une véranda, installes-y ta plante en automne ; elle a besoin d’une température d’environ 15°C. Comme c’est une place vivace dans les pays chauds, tu pourras ainsi la garder d’une année à l’autre.

plante de coqueret du Pérou

Au besoin, installe aussi un tuteur ou une cage comme pour les tomates. Le physalis a surtout besoin d’un sol bien drainé, donc penses-y avant de le mettre une place. Tu peux aussi l’installer dans ton jardin d’ornements, car c’est une plante très décorative.

En conclusion

Si tu as beaucoup de soleil sur ton balcon ou dans ton jardin, c’est une plante à fruits qui change de l’ordinaire et qui t’apportera de l’exotisme dans ton alimentation. Quand tu connais le prix et l’endroit de production de ceux du commerce, tu sais que tu as tout à y gagner de le cultiver toi-même. En plus, tu auras la satisfaction gustative de manger des fruits directement cueillis sur cette jolie plante buissonnante. Pour une culture facile, choisis la cerise de terre du Québec. Si tu ne veux pas le semer, sache que tu trouves de plus en plus des plants dans le commerce pour une culture inratable. En effet, le plus difficile avec le physalis, c’est de réussir le semis et d’arriver à obtenir des plants déjà bien développés au mois de mai.

Voilà, j’espère que je t’aurai donné envie de cultiver ce petit fruit exotique ! Et si cet article t’a plu, n’hésite pas à le partager sur les réseaux sociaux. Et si tu as envie de me laisser un commentaire sur une plante que tu aimerais mieux connaître, ou si tu as des suggestions ou des critiques, clique sur le titre de l’article pour laisser un message en bas de l’article.

Merci beaucoup de m’avoir lu jusqu’au bout, et je te souhaite une belle semaine !

Cosette

Source :

https://www.aujardin.info/plantes/physalis-peruviana.php

https://jardinierparesseux.com/2017/03/12/cultivons-la-cerise-de-terre/

http://poulbot.66.over-blog.com/2013/12/le-coqueret-du-p%C3%A9rou.html

Fais donc pousser des éponges végétales biodégradables « 0 » déchets dans ton jardin ou sur ton balcon !

Connais-tu le luffa ou loufah, liane torchon, courge du hammam ou simplement éponge végétale ? Aujourd’hui je vais te parler de lui… C’est une plante bonne pour ton porte-monnaie et pour la planète. Avec tu peux faire une multitude de choses par exemple pour faire ta vaisselle et quand elle arrive en fin de vie, tu peux la mettre au compost.

éponge végétale

C’est une plante de la même famille que les concombres, les courges, les melons, les gourdes ou calebasse et les cucurbitacées. Dans le commerce, tu la trouves généralement entre 3 et 6 francs le petit bout de 10 cm, mais en vrai un luffa fait entre 30 et 60 cm de long, en sachant qu’une plante donne sous notre climat entre 4-6 fruits, tu auras des éponges pour toute l’année. C’est une liane grimpante ou rampante que tu peux aussi utiliser en couvre sol, mais je te conseils de la tuteurer pour des éponges végétales bien droites, sinon au sol les fruits seront courbés.  Il en existe environ 7 variétés dont Luffa aegyptiaca, acutangula, stropajo , operculata et cylindrica, mais pour ton jardin je te recommande Luffa cylindrica, aegyptiaca,operculata ou acutangula, car ce sont les quarte plantes comestibles de cette famille.

Le luffa a été ramené en Europe au XVIe siècle, mais était surement déjà connus en Égypte depuis longtemps, en Asie et en Amérique du Sud aussi ! Dans le commerce on le vend sous forme de chapeaux, de semelles de chaussures, de sets de table, de paillassons, de tapis de douche, de sandales, de gants et bien sûr sous forme comme d’éponges pour le bain ou la douche.

Et si tu veux en acheter, généralement les magasins zéro déchet en vendent. J’ai même vu qu’en France, un agriculteur produisait des Luffas sous serre.

1/ Plante utile

Comme éponge pour le ménage

Toutes les variétés contiennent des éponges, mais c’est luffa stropajo du Mexique qui donne les éponges les plus résistantes. Luffa cylindrica donne aussi de très bonnes éponges.

sPour avoir tes propres éponges végétales, il te faut récolter les fruits fin octobre, ils doivent être secs: c’est le cas si quand tu secoues le fruit, tu entendes les graines à l’intérieur. Sinon, cueillies les et mets-les sécher dans un endroit chaud avant les premiers gels.

Quand le fruit est sec, coupes le bout, secoues pour faire tomber les graines (pour les ressemer l’année prochaine par exemple), puis mets le à tremper quelques minutes dans de l’eau (si cela mousse un peu c’est tout à fait normal, c’est dû a la saponine que le fruit contient) et l’éponge qui est à l’intérieur devrait se détacher toute seule. D’autres personnes disent plusieurs jours. Quand j’aurai récolté mes luffas, je testerai; et si tu fais de même, donne-moi des nouvelles dans les commentaires.

préparation du luffa

Pour rendre tes éponges plus blanches, tu peux les bouillir à l’eau et, pour encore plus de blancheur les exposer au soleil. Une fois sèche, l’éponge obtenue se conserve jusqu’à utilisation. Tu n’as plus qu’à couper des rondelles ou l’ouvrir pour avoir une éponge plus plate. Observe-la bien car il y a des fibres plus fines que d’autres à certains endroits. Tu peux utiliser celle-ci de différentes manières. Par exemple, tu réserveras les parties les plus fines pour une éponge exfoliante pour le visage. Tu peux même coudre deux rectangles de la dimension désirée pour obtenir une éponge plus sophistiquée, et même la fixer sur un bout de bois pour obtenir éponge a verre ou à bouteille. Ou tu peux simplement lui rajouter une ficelle en matières naturelles pour la suspendre.

Avec cette éponge, tu peux aussi nettoyer les revêtements antiadhésifs car elle n’ait pas abrasive, le verre, la porcelaine, la salle de bain, les sols, et l’utiliser comme brosse à vêtements. Bref, tout comme les éponges que tu peux trouver au magasin. En plus, elle est biodégradable: du bonheur quoi. Essore-la bien et sèche ton éponge entre les utilisations. Quand elle est sale, il suffit de la laver en machine à 60°. Et quand elle arrive en fin de vie, hop au compost !

Si tu parles un peu l’espagnol et que tu as envie de faire tes propres objets vas jeter un oeil sur Pinterest ; plein de personnes ont de bonnes idées de crafts à faire sois-même avec le luffa.

Comme filtre

Il parait qu’en Afrique, ils utilisent le luffa pour filtrer l’eau, le vin de palme, et même comme filtre dans les moteurs. Donc tu peux aussi l’utiliser comme filtre pour les liquides par exemple , un petit bout que tu peux enfiler sur ta théière pour filtrer ton thé, ou peut-être même comme filtre à café, tout dépend de la finesse des fibres. Je testerai cette idée quand j’aurais récolté les miennes si tu as déjà essayé partage ton expérience avec nous dans les commentaires, c’est toujours sympa.

fruit du luffa cylindrica

Comme égoutte savon

Super pratique pour poser ton savon et lui permettre de s’égoutter que se soit à la cuisine ou à la salle de bain, et quand tu veux nettoyer ton évier, tu n’as qu’à la prendre, elle aura déjà tout le savon qu’il te faut.

Et aussi comme éponge pour le corps

Comme éponge ou gant de crin, elle exfolie en douceur la peau et l’adoucit, stimule la circulation sanguine et réduit la formation de capiton graisseux. Cette éponge est souvent utilisée avant une épilation. Il faut la mouiller avant utilisation et ne pas l’utiliser plus de 2 fois par semaine. Tu peux l’utiliser telle quelle ou en fabriquer un gant, un gratte dos, etc. Toujours veiller à bien essorer et à la faire sécher après usage, et la laver à 60°C en machine si besoin.

On la voit aussi souvent moulée dans des savons ou incorporée dans ceux-ci sous forme de poudre pour un léger gommage. D’ailleurs tu peux te préparer un gommage un passant un luffa au mixer et en utilisant cette poudre mélangée a un peu d’huile de ton choix pour le réaliser. Ce gommage est bien meilleur pour la planète; ceux du commerce contiennent en effet souvent du plastique pour pbtenir cet effet-là, et ce plastique finit dans la mer… Sais-tu que le célèbre explorateur Mick Horn, a traversé dernièrement le continent de plastique pendant de son tour du monde et qu’il lui a fallu 2 semaines pour y arriver ?

Pour le visage

Oui, mais bien choisir le luffa le plus fin, et pense à le mouiller avant. Personnellement, je ne l’utiliserai pas tous les jours, enfin si tu en as déjà utilisé sur le corps, tu sais de quoi je parle.

Comme brosse a ongle

À la place de racheter une brosse a ongle quand la tienne sera bonne pour la poubelle, pense à utiliser un bout de ton luffa !

Pour tes arrangements de fleurs

Eh oui, tu connais cette mousse verte dans laquelle on pique les fleurs? Et bien, utilise un luffa a la place pour une alternative naturelle. Cela est aussi idéal pour tout tige que tu veux faire tenir droite dans un vase.

Comme tampon

Si tu veux faire des tampons à utiliser avec de la peinture, découpe des formes dans un luffa, sa texture donne de jolis effets.

Et aussi :

  • À utiliser comme abat-jour pour une lampe LED, ou autour d’un pot pour changer ta déco;
  • Pour amoindrir le choc lors de transport ou d’envois par la poste;
  • Comme mousse pour l’acoustique ;
  • À tester pour faire germer des graines en remplacement des disques de coton;
  • Comme rembourrage pour l’ameublement.
fruits sec de luffa

2/Plante alimentaire

Les jeunes pousses, les feuilles, les boutons floraux mâles (en beignet comme pour les fleurs de courgette), les fleurs et les jeunes fruits de moins de 12 cm environ peuvent se manger crus ou cuits, sautés comme en Asie. Au japon, ils le conservent coupés et séchés. Les tiges se cuisinent dans les ragouts. Les graines peuvent être torréfiées et sont comestibles.D’ailleurs, on les pressent pour obtenir une huile comestible riche en acides gras essentiels, mais elle est surtout utilisée en cosmétologie pour ses propriétés réparatrices et nourrissantes.

3/ Plante médicinale

En médecine traditionnelle la racine et les graines sont utilisée pour leurs propriétés purgatives et diurétique. Les feuilles sont utilisées pour favoriser la guérison des plaies et la maturation des abcès, les œdèmes, les hémorroïdes, l’asthme, le zona, la lèpre mais aussi le paludisme, la coqueluche, les maux d’estomac, et pour déclencher l’accouchement.

Le fruit est utilisé pour soigner les tumeurs, comme purgatif et pour soigner les œdèmes. Les graines auraient des propriétés émollientes et vermifuges. C’est d’ailleurs généralement l’huile des graines qui est utilisée pour traiter les problèmes cutanés.

En Asie, c’est la cendre de luffa qui est utilisée pour soigner la jaunisse, les maux de dent et les hémorragies.

4/ Comme plante ornementale

fleur de luffa cylindrica

Si tu as une pergola, un treillis, un vis-à-vis a cacher qui se situe au plein soleil, fais pousser des plantes de luffa, car elle fait de belles fleurs jaune doré et a un beau feuillage en plus de nourrir les abeilles, les papillons et divers insectes.

Au jardin

Chez nous le luffa est cultivé comme une annuelle. Si tu veux avoir des fruits, je te conseille de semer cette plante début mars en mini serre à l’intérieur, car la température idéale de germination est de 20 à 30 °C. Repique-la lorsqu’elle a 2-3 vraies feuilles dans des petits pots individuels, puis acclimate tes plants pendant 2 jours en les sortant et en les rentrant le soir, avant de les planter en pleine terre après la mi-mai car c’est une plante gélitive.  Protège-les avec de la cendre ou des coquilles d’œufs pilées car les limaces apprécient les jeunes plants. Si tu as une serre, ta plante de luffa sera mieux là, sinon mets-la en plein soleil. Une plante suffit pour avoir des fruits, mais le mieux c’est de planter 2 à 3 plants assez rapprochés, de 0,5 m à 1 m de distance pour une bonne pollinisation. Cette plante aime les sols riches mais sablonneux. Si elle devient plus haut que sont tuteur, pense à la pincer pour qu’elle fasse plus de ramifications.

pousses de luffa

Si tu la cultive en pot: installe une plante par pot de minimum 20 litres et pense à lui mettre un tuteur pour qu’elle puisse grimper. Si tu as un balcon bien orienté au soleil, c’est parfait, pense jsute à l’arroser.

En conclusion

Une plante comme je les aimes! Elle est vraiment multi-usage et te permettra de faire un pas de plus vers l’autonomie, ou une vie plus verte. Pour ma part je vais en semer pour pouvoir profiter de tout ce que cette plante peut offrir. Et toi dis-moi dans les commentaires si je t’ai donné envie d’en cultiver cette année !

Si cet article t’a plu, pense à cliquer “j’aime” sur le bouton Facebook et à le partager avec tes amis sur les réseaux sociaux.

À tout bientôt pour une nouvelle découverte et d’ici la porte toi bien !

Sources :

https://uses.plantnet-project.org/fr/Luffa_cylindrica_(PROTA)

www.1ruche3pintades.ovdr-blog.com

www.littlesproutslearning.co